Rached Ghannouchi : « Le rôle du président est symbolique « 


La Tunisie est coincée au cœur d’une crise politique et même institutionnelle en raison de la perte de confiance entre les trois présidences, le bout du tunnel est encore loin.

C’est dans ce contexte politique tendu, que le chef de l’ARP, Rached Ghannouchi a brisé le silence pour s’adresser, semble-t-il, au président de la République. « Le rôle du président de la République est symbolique concernant la crise de prestation de serment », a-t-il estimé, lors d’une conférence virtuelle tenue hier samedi 30 janvier.

Pour Rached Ghannouchi, « Kais Saied s’abstient de convoquer les nouveaux ministres pour prêter serment ce qui prouve qu’il est contre le récent remaniement ». « Il pense qu’il a le droit d’accepter certains noms et de refuser d’autres, c’est la problématique du mélange entre les régimes parlementaire et présidentiel », a-t-il encore estimé.

Ghannouchi insiste que la Tunisie a un régime parlementaire et que le rôle du chef de l’Etat est un rôle symbolique, et que la question de la gouvernement appartient au parti au pouvoir et relève principalement de la responsabilité du gouvernement.

Tous les regards se tournent désormais vers le palais de Carthage, où le chef de l’Etat, Kais Saied devrait convoquer les ministres approuvés par le parlement pour prêter serment.

Sauf que le président de la République avait menacé de priver certains ministres liés à des soupçons de conflits d’intérêt de faire cet acte protocolaire.

C’est dans ce contexte politique extrêmement tendu et qui pourrait finir avec une crise institutionnelle et constitutionnelle, que le parti Ennahdha essaye de mettre la pression sur Kais Saied. C’est son porte parole Fathi Ayadi qui s’est exprimé sur ce sujet appelant le président de la République à être à la hauteur des attentes des Tunisiens.

Il avait appelé le président de la République à convoquer tous les ministres pour prêter serment et à aider le nouveau gouvernement dans son travail.

Commentaires:

Commentez...