Lettres empoisonnées : Un air de déjà vu en Tunisie !

En mars 2019, le ministère de l’Intérieur avait annoncé avoir avorté un plan terroriste visant plusieurs personnalités politiques, dont des journalistes, des politiciens et autres.

En effet, à l’époque, les services de la Direction générale de la sécurité nationale avaient réussi à intercepter 19 lettres contenant des substances toxiques après une opération préventive et de renseignement en coordination avec le parquet au pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme faisant état d’un plan terroristes visant des personnalités publiques et médiatiques.

Soumises à l’analyse des services spécialisés, ces lettres contenaient bel et bien des matières et des substances toxiques.

Les informations jusque-là non confirmées par la présidence de la République sur une éventuelle tentative d’assassinat du président de la République, nous font rappeler ce même modus opérandi suivi par les terroristes pour cibler certaines personnalités.

A l’étranger ce mode d’empoisonnement des personnalités politiques et publiques est également répandu. D’ailleurs, il y a quelques mois, l’ancien président des Etats-Unis Donald Trump avait été ciblé par un colis suspect.

Jusque-là, les circonstances de cette éventuelle tentative d’empoisonnement du chef de l’Etat sont peu claires. Le palais de Carthage opte actuellement pour le silence, alors que des sources citées par l’agence TAP affirment qu’un colis suspect a été envoyé au palais présidentiel.

En effet, une substance douteuse a été envoyée hier mercredi 27 janvier 2021 au Palais de Carthage. Selon une source de la présidence de la République un colis suspect a bel et bien été reçu au palais de Carthage. La substance qui s’y trouve est en cours d’analyse et une enquête a été ouverte à cet effet. La même source a confirmé que le président de la République est en bonne santé.

A noter que c’est la Direction des affaires criminelles d’El Gorjani qui a été saisie de l’affaire.

Commentaires:

Commentez...