Donald Trump, banni définitivement de Twitter

Deux jours après l’attaque du Capitole par des partisans de Donald Trump, qui a choqué dans le monde entier, le réseau social Twitter a décidé de prendre des mesures fortes et a finalement décidé de ne pas attendre la passation de pouvoir avec Joe Biden pour bannir le compte de Donald Trump.

L’attaque du Capitole avait poussé Facebook, Twitter, YouTube et Twitch à réagir pour sanctionner Donald Trump, toujours président des États-Unis en exercice sachant qu’il a pu inciter cette attaque avec son discours appelant à marcher sur le capitole.

Après un blocage temporaire et la suppression de plusieurs tweets, dans la nuit du 8 au 9 janvier 2021, Twitter a annoncé des mesures supplémentaires contre Donald Trump. Citant le contexte très particulier des derniers tweets de Donald Trump, Twitter a annoncé avoir pris la décision de suspendre le compte de Donald Trump de façon permanente.

Pour justifier cette décision, Twitter s’appuie sur les deux derniers tweets de Donald Trump dans lequel le président indiquait d’une part que ses électeurs « ne seraient pas traités irrespectueusement ou injustement », avant d’indiquer qu’il ne participerait pas à l’investiture de Joe Biden comme nouveau président des États-Unis.

Selon Twitter, ces deux messages peuvent légitimement être interprétés par ses partisans comme de nouvelles indications que Donald Trump ne reconnait pas l’élection de Joe Biden, et plus précisément sa défaite certifiée par le Congrès américain.

Twitter indique, par ailleurs avoir détecté que de nombreux comptes avaient commencé à interpréter les tweets de Donald Trump comme des incitations à la violence.

Jeudi, Facebook et d’autres services comme Snapchat ou Twitch ont aussi suspendu le profil de Donald Trump pour une durée indéterminée. Mais avec plus de 88 millions d’abonnées, Twitter est la plateforme de prédilection de Donald Trump, celle qui lui sert à faire des annonces politiques, fulminer contre les médias ou insulter ses adversaires au quotidien.

Commentaires:

Commentez...