En sit-in, les docteurs et doctorants sans emploi agressés par la police

En sit-in depuis le mois de juillet dernier devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur, les docteurs et doctorants chômeurs ont été agressés hier lundi 30 novembre par les forces de l’ordre.

En effet, plusieurs policiers ont essayé de disperser par usage de force les sit-ineurs qui réclament toujours le droit à l’emploi.

Selon l’Union des Docteurs sans emploi, la police a même fait usage de gaz lacrymogène, affirmant que deux sit-ineurs ont été transportés à l’hôpital.

Une « semaine de colère » avait été observée par les docteurs chômeurs à partir du  18 novembre 2020. En sit-in au siège du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique depuis le 29 juin 202, ils revendiquent le recrutement dans la fonction publique. Pas de solutions en vue, ils ont donc opté pour l’escalade.

Selon Sirine Saidi, coordinatrice des docteurs sans emploi des universités du Grand-Tunis, à travers cette « semaine de colères », les protestataires veulent faire bouger les choses et pousser l’autorité de tutelle à examiner au plus vite leur dossiers en suspens.

Leur principale revendication est le recrutement de 3000 docteurs à l’Université publique, dans les laboratoires de recherche du ministère de tutelle ou les laboratoires de recherche des autres départements.

En Tunisie, 69% des titulaires de doctorat dont le nombre s’élève à 3292 sont au chômage. Le nombre des doctorants s’élève quant à lui à 11.171 étudiants.

Commentaires:

Commentez...