Ghannouchi justifie le choix de Ghariani : « Il a demandé pardon au peuple tunisien »

La polémique autour de la nomination de l’ex-secrétaire général du RCD dissous Mohamed Ghariani en tant que conseiller de Rached Ghannouchi continue à faire couler beaucoup d’encre.

Critiqué pour avoir opté pour un ex-RCDiste, le chef du parlement Rached Ghannouchi a affirmé que seule la réconciliation et le dialogue doivent primer en Tunisie. « Ghariani a déjà demandé pardon au peuple tunisien et ne s’est pas vanté de son passé », a-t-il insisté, assurant qu’il était temps « d’ouvrir les portes aux bonnes personnes ».

« D’autres pays ont essayé la vengeance, ils ont échoué, nous devons s’initier de l’expérience de l’Afrique du Sud », a-t-il ajouté.

Rappelons dans ce contexte que plusieurs députés dont notamment Mongi Rahoui et Abir Moussi ont fustigé le choix de placer Mohamed Ghariani au cabinet de Rached Ghannouchi.

Le nouveau conseiller auprès du cabinet du président de l’ARP, Rached Ghannouchi, chargé de la justice transitionnelle et de la réconciliation nationale Mohamed Ghariani, avait démissionné de Tahya Tounes.

Mohamed Ghariani, dernier secrétaire général du RCD dissous et ancienne grande figure du régime Ben Ali a donc décidé devenir le conseiller de Rached Ghannouchi.

La dernière apparition médiatique réunissant les deux hommes remonte d’ailleurs à avril 2016 lorsque Mohamed Ghariani avait été reçu par Rached Ghannouchi pour débattre de « l’avenir des pays du printemps arabe et du rôle de Rached Ghannouchi dans l’expérience tunisienne » !

Le dernier secrétaire général du RCD a été « l’objet » de toutes les convoitises. Blanchi par la justice, il a ressurgi sur la scène politique à partir de l’annonce de son éventuelle entrée à Nidaa Tounes en tant que membre de l’exécutif puis de conseiller auprès de Béji Caid Essebsi.

Commentaires:

Commentez...