Tunisie : Il y a cinq ans, 12 agents de la Garde présidentielle périssaient dans un attentat

Il y a aujourd’hui cinq ans, mardi 24 novembre 2015, un attentat terroriste faisait 12 morts et 24 blessés à l’Avenue Mohamed V, en plein cœur de Tunis suite à une explosion qui avait totalement détruit un bus de la Garde présidentielle.

Cette attaque inaugurait un nouveau mode, une première en Tunisie dans le sens où il s’agissait de la première attaque en plein cœur de la capitale, à environ 200 mètres du ministère de l’Intérieur et juste en face de l’imposant bâtiment qui abritait le siège de l’ex-RCD.

Cet attentat a frappé des agents de la Garde présidentielle, tous des jeunes âgés de moins de 30 ans. Et depuis ce jour, la Tunisie vit toujours sous l’état d’urgence, qui avait été décrété alors par le défunt président de la République, Béji Caïd Essebsi.

Hommage

Chaque année, on rend hommage aux 12 martyrs qui sont honorés lors d’une cérémonie de commémoration. L’année dernière, c’est l’ancien président de la République par intérim, Mohamed Ennaceur, qui avait décoré de la médaille de l’Ordre de la fidélité et du sacrifice les blessés de l’attaque terroriste, perpétrée contre le bus de la Garde présidentielle.

Il avait ensuite déposé une gerbe de fleur au pied du « mémorial du défi » érigé à la mémoire des douze martyrs de la sécurité présidentielle.

La liste des martyrs

  • Le sous-lieutenant Najib Saadouni
  • Le sergent Mohamed Ali Zaoui
  • Le sous-lieutenant Mohamed Salah Zouaoui
  • Le lieutenant Mohamed Hédi Tahri
  • Le Capitaine Mohamed Hajri
  • Le sous-lieutenant Maher Kebsi
  • Le sergent-chef Amor Amri
  • Le sergent-chef Amor Khayati
  • L’adjudant-chef Atef Hamrouni
  • Le sous-lieutenant Tarek Boussenna
  • L’adjudant Chokri Ben Amara
  • Le Capitaine Jamel Abdejlil

Verdicts

En janvier dernier, la cinquième chambre criminelle spécialisée dans les crimes terroristes au tribunal de première instance de Tunis avait rendu son verdict.

La justice avait condamné dix accusés dont quatre étaient présents lors du verdict et six autres qui avaient été condamnés par contumace. Les dix accusés avaient écopé d’une peine de 10 ans de prison ferme.

Par ailleurs, l’accusé Ryadh Ben Ali Jamaï avait été condamné à la peine capitale alors que Adel Ben Frej Ben Messaoud Maâtallah avait été condamné à la prison à perpétuité. Farhat Ben Mosbah Ben Amor avait été condamné à 16 ans de prison et Adel Ben Ali Ben Ahmed Lechiheb à 10 ans de prison.

Plus récemment, un terroriste classé dangereux et en cavale depuis cinq ans a été arrêté par l’unité judiciaire de la Garde Nationale de Tataouine. Il faisait l’objet d’un mandat de recherche suite à sa condamnation pour son implication dans l’attentat du 24 novembre 2015.

Il a été conduit au pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme pour compléter les formalités. On ignore encore son identité mais il ferait partie des six personnes condamnées par contumace.

Commentaires:

Commentez...