Quand Sidi Cacciola fait le tour du monde

L’histoire vaut la peine d’être racontée et mérite toute notre attention.

Elle commence lorsque le gourmet militant Omar Lasram décide de donner toutes ses lettres de la au lablabi national.

Pour cela, à partir de la Cacciola où il officie, il lance avec succès la lablabi party dominicale, devenue depuis un rituel. Pour créer cette dynamique, Omar Lasram est allé chercher une vieille recette juive nabeulienne où chaque ingrédient est à sa place en proportions étudiées au millimètre près.

Généreux et savoureux, ce lablabi pas comme les autres a valu à notre ami le surnom de Sidi Cacciola.

C’est une longue histoire et un coup de coeur dont plusieurs traces se retrouvent aujourd’hui dans un tableau de Olga Malakhova.

Cette toile intitulée Sidi Cacciola a fait le tour du monde en quelques clics. C’est que l’ami Omar est mondialement connu et son projet gourmand a maintes fois fait les délices de la presse internationale.

Depuis l’apparition de ce tableau dans les réseaux, tout le monde félicite ce saint vivant qui multiplie les pois chiches, sublime la boutargue et booste la bonne humeur.

Un petit tour à la Cacciola s’impose pour découvrir ce tableau et d’autres œuvres de l’artiste Olga Malakhova.

Surtout les fins de semaine lorsque non content d’osciller entre couscous tradition et lablabi passion, l’ami Omar nous rappelle que l’art et la gastronomie font toujours bon ménage.

Commentaires:

Commentez...