Assistance macrofinancière : L’UE approuve le versement de 150 millions d’euros à la Tunisie

L’Union européenne a approuvé le versement de 150 millions d’euros à la Tunisie au titre de l’assistance macrofinancière. C’est ce qu’a indiqué, ce mercredi 30 octobre 2019, la Délégation de l’UE en Tunisie.

La Commission européenne, agissant au nom de l’UE, a ainsi approuvé aujourd’hui le versement à la Tunisie d’un prêt de 150 millions d’euros oit l’équivalent de 472 millions de dinars.

D’après la Délégation de l’UE en Tunisie, il s’agit du troisième et dernier versement dans le cadre du deuxième programme d’assistance macrofinancière (AMF) en faveur de la Tunisie et qui fait suite à la mise en œuvre d’un ensemble important de mesures destinées à soutenir la transition économique du pays.

« Les fonds de l’AMF sont versés en contrepartie de la mise en œuvre de politiques spécifiques arrêtées dans un protocole d’accord. Les réformes entreprises dans le cadre de ce programme d’AMF illustrent les efforts accomplis par les autorités tunisiennes pour mettre en œuvre un vaste ensemble de mesures destinées à lutter contre la corruption, rendre le système fiscal plus équitable, accroître la qualité de l’administration publique et améliorer le système de protection sociale du pays », précise le communiqué.

L’UE réitère son soutien à la Tunisie

Le programme d’AMF a également soutenu des réformes visant à renforcer la politique du marché du travail et à réduire le chômage, en particulier chez les jeunes, ainsi qu’à améliorer le climat des affaires en Tunisie.

L’UE souligne également « qu’à la suite de ces efforts de réforme et du récent soutien démocratique fort en faveur d’une poursuite de la transition amorcée en 2011, la Tunisie peut compter sur le partenariat de l’UE pour renforcer son économie et sa gouvernance politique afin d’améliorer la vie quotidienne des Tunisiens et d’assurer à tous une protection sociale ».

Dans cette déclaration, l’UE réitère son soutien à la Tunisie et indique textuellement « qu’elle continuera de soutenir les efforts que déploie la Tunisie pour relever les défis qui demeurent en matière de réforme économique, financière et institutionnelle en vue de favoriser la croissance et la transition socio-économique ».

« Ce versement illustre notre volonté sans faille d’aider la Tunisie et son peuple. Le pays a mis en œuvre, ces dernières années, les politiques clés qu’il s’était engagé à mener, mais il demeure essentiel de poursuivre et d’approfondir les réformes économiques et structurelles afin de pérenniser les acquis démocratiques et politiques en Tunisie et d’assurer un avenir plus prospère.

Nous sommes donc prêts à travailler main dans la main avec la Tunisie afin de l’aider à mener les réformes nécessaires pour favoriser l’investissement, l’emploi et une croissance inclusive, dans l’intérêt de ses citoyens, notamment de sa jeunesse », a déclaré Pierre Moscovici, commissaire pour les affaires économiques et financières, la fiscalité et les douanes.

800 millions d’euros versés par l’UE à la Tunisie depuis 2015

Le deuxième programme d’AMF a été proposé en 2015 pour soutenir le redressement économique de la Tunisie. Les fonds de l’AMF sont versés en contrepartie de la mise en œuvre de politiques spécifiques arrêtées dans un protocole d’accord. Ce programme d’AMF est destiné à aider la Tunisie à couvrir ses besoins de financement extérieur, parallèlement à la mise en œuvre d’un vaste programme de réformes structurelles ambitieuses.

Le Parlement européen et le Conseil ont adopté le deuxième programme d’AMF, doté d’une enveloppe de 500 millions d’euros, au mois de juillet 2016. Le versement d’aujourd’hui porte à 800 millions d’euros le montant des fonds d’AMF versés par l’UE à la Tunisie depuis 2015.

L’assistance macrofinancière est également subordonnée à l’existence d’un accord de prêt du FMI qui ne soit pas un accord de précaution, et à un bilan satisfaisant de la mise en œuvre du programme de réformes du FMI.

Le versement des fonds d’AMF se fait par tranches, qui ne sont débloquées que si des conditions strictes visant à renforcer la stabilité macroéconomique et financière sont remplies. Ces conditions sont fixées dans un protocole d’accord signé entre l’UE et le pays bénéficiaire.

Contrairement à d’autres formes d’aide financière aux pays tiers, les programmes d’AMF sont proposés par la Commission puis approuvés par le Parlement européen et le Conseil. Le premier programme d’AMF avec la Tunisie, conclu en juillet 2017, prévoyait 300 millions d’euros sous forme de prêts.

Favoriser un assainissement budgétaire et une croissance économique durable

À la demande de la Tunisie, la Commission a proposé, en février 2016, un second programme d’AMF doté d’une enveloppe de 500 millions d’euros. Le Parlement européen et le Conseil ont adopté cette proposition au mois de juillet 2016. Les conditions relatives aux politiques à mener, arrêtées d’un commun accord par l’UE et la Tunisie, sont inscrites dans le protocole d’accord et dans la convention de prêt signés à Bruxelles le 27 avril 2017.

Pour le versement de la troisième et dernière tranche du deuxième programme d’AMF, les mesures spécifiques demandées visaient à favoriser un assainissement budgétaire et une croissance économique durable dans le pays.

Il s’agissait notamment de réformes destinées à mieux protéger l’épargne déposée dans les banques tunisiennes, à accroître la transparence de la gestion des finances publiques, à renforcer les filets de sécurité sociale soutenant les Tunisiens vulnérables, à faciliter les échanges bilatéraux grâce à l’amélioration des liaisons aériennes avec l’UE et à améliorer le climat des affaires du pays afin de mieux attirer les investissements nationaux et étrangers.

Commentaires:

Commentez...