Supercoupe de Tunisie : Le scandale retentissant d’une société fantôme derrière le report ?

Selon Romain Molina, le journaliste français de l’Equipe et de France Football, la Fédération tunisienne de Football a confié l’organisation et la gestion de la Supercoupe de Tunisie à une société fantôme.

En effet, les investigations de ce journaliste l’ont mené à découvrir que la société Oravi World à laquelle la FTF a confié sa Supercoupe n’existe pas.

Toujours selon Molina, cette entreprise ne figure pas au registre du commerce de Monaco où elle est censée être basée, n’a pas non plus de point de chute à Doha et sa domiciliation parisienne est sise dans un espace de co-working.

Molina affirme que la Fédération du Qatar a annulé et reporté cette finale de la Supercoupe de Tunisie qui devait se dérouler sur son sol, pour des « raisons d’organisation » qui seraient liées à cette société qui n’aurait pas d’existence réelle.

Se demandant comment la FTF a pu se faire rouler à ce point, le journaliste revient sur la conférence de presse des responsables du foot tunisien pour annoncer cet événement qui devait rapporter de nouvelles ressources au foot tunisien.

Sans nuances, Molina accuse Oravi World d’être une coquille vide que personne ne connait et laisse entendre que les responsables de la FTF sont coupables de ne pas avoir essayé d’en savoir plus sur leur partenaire surgi miraculeusement.

Dans cet esprit, Molina suggère l’existence de connivences derrière cette affaire qui, avérée, pourrait être la scandale de trop pour un football tunisien en perte de repères.

Pour l’instant, la FTF n’a pas répondu à ces accusations ni dénoncé son contrat avec Oravi World, un contrat pour la gestion de la Supercoupe qui court sur trois ans.

Que cache cette affaire? Comment la FTF s’est-elle embarquée dans cette aventure? Quelles sont les responsabilités ?

Un dossier à suivre car si les révélations de Molina se vérifient, le scandale promet d’être retentissant.

Commentaires:

Commentez...