Le FMI appelle à une intégration économique du Maghreb

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé les pays du Maghreb a relancer l’idée d’une intégration.

Dans un rapport «L’intégration économique du Maghreb : une source de croissance inexploitée», l’institution explique que grâce à cette intégration, le PIB combiné des pays du Maghreb aurait pu atteindre, en 2017, 360 ​​milliards de dollars américains (équivalent du PIB des Emirats Arabes Unis).

Une intégration des pays maghrébins nécessite la réduction des barrières au commerce et à l’investissement, la liaison des réseaux, la libéralisation des marchés des produits de base ainsi que l’amélioration du climat des affaires.

Les pays du Maghreb (Libye, Tunisie, Maroc, Algérie et Mauritanie) ont réalisé des progrès significatifs au niveau commercial mais restent la région la moins intégrée au monde (le commerce intrarégional représente moins de 5% du commerce total dans les pays du Maghreb), ajoute le FMI.

L’intégration, bloquée par les contraintes géographiques, politiques et économiques, offrira un marché à quelque 100 millions de personnes, ce qui attirera plus d’investissements directs étrangers.

Les auteurs de l’étude ont conclu que l’intégration des pays du Maghreb pourrait jouer un rôle important dans une stratégie qui encourage la croissance dans la région, notamment à la lumière de diverses estimations indiquant que l’intégration régionale pourrait contribuer à la croissance de chaque pays du Maghreb de manière durable.

Commentaires:

Commentez...