Classe africaine : 100% de réussite au Burkina Faso

Maxime Sou, enseignant, gère une classe de CE2 de 132 élèves dans l’école Koua C de Bobo Dioulasso.

Maxime Sou, enseignant de l’école primaire de Bobo-Dioulassou (Burkina Faso), enregistre des scores de réussite scolaire de 100% au sein de classes allant jusqu’à plus de 100 élèves.

A-t-il une baguette magique pour inspirer ses élèves de CM2 et maintenant de CE2 ?

100% de réussite au passage à la 6ème et jamais moins de 88% de réussite ces dernières années, dans des classes bondées et souvent sous-équipées.

L’enseignant burkinabé de 47 ans n’est pas à son premier coup de baguette avec 22 ans de carrière et un record en 2014 avec 120 élèves admis au collège sur 120 qui ont passé le CEP (examen de passage au collège).

Mais quel est son secret ? « L’autorité » s’exclame-t-il ! Avec une classe de 132 élèves, captiver et garder l’attention des enfants durant 3 heures relève du défi, rapporte Le Monde.

Le dialogue, clé de la réussite

Sous cette facette plutôt dure de l’enseignant autoritaire, se trouve la clé de la réussite : le dialogue.

Même si Maxime Sou paraît plus stricte que les autres enseignants en donnant plus de devoirs obligatoires et en attendant des élèves qu’ils arrivent à 7h au lieu de 7h45 à l’école, la véritable clé de sa réussite réside dans le dialogue.

En effet, il n’impose pas mais propose aux élèves qu’il considère comme ses enfants.
Communiquer, jouer avec eux, voilà comment il arrive à obtenir le meilleur de ces jeunes qui avouent la sévérité de leur maître uniquement « avec ceux qui n’apprennent pas leur leçon ».

Cours de soutien et cours du soir

Demander plus aux élèves veut dire aussi double charge de travail pour la correction des copies, mais ce père de 4 enfants ne compte pas ses heures et s’investit totalement dans l’avenir des futurs citoyens de son pays.

Don de soi et sacrifices sont les moteurs d’un tel dévouement du magicien qui avoue ne pas trouver le sommeil quand ses élèves ont de mauvaises notes.

Le système n’est pas infaillible et pour y remédier, cet homme courageux retrousse ses manches.

A la nuit tombée, lorsque l’école est censée être fermée à 18h, il court rejoindre son tableau pour aider les adultes.

Ceux qui ont été recalés du système, pour certains, analphabètes, et qui ont rejoint les cours du soir de Monsieur Sou.

Sonia Falcou

Commentaires:

Commentez...