Bêle, mon pauvre agneau !

Tunis Hebdo |

Bêle, bêle, bêle
Mon pauvre agneau !
Bêle, bêle, bêle
On aura ta peau
********
Y a pas que toi qui bêle
Du matin jusqu’au soir
Bêlent aussi en chœur
Les maris consentants
Les gosses obéissants
Les citoyens heureux
Les étudiants sérieux
Les gens disciplinés
Ou bien intéressés
Et les béni-oui-oui
Qui n’disent jamais non
Leur chant à l’unisson
GCrève le mur du son
Et monte jusqu’au ciel
Ils bêlent, ils bêlent, ils bêlent
Plus haut que les moutons
Ils bêlent sur tous les tons
Ils bêlent, ils bêlent, ils bêlent
En attendant du maître
Qu’il les envoie paître
Ou alors qu’il daigne
D’une caresse hautaine
Leur flatter l’échine
********
Sans nulle exception
Nous sommes tous des moutons
Puisque nous suivons
Presqu’aveuglement
La dernière mode
En matière de vêtements
En nous consommons
Automatiquement
Ce que la télé
Et la publicité
Nous invitent à manger
Etre au diapason
Voilà l’important !
Faire comme tout l’monde
C’est bien reposant !
Au sein du troupeau
Qu’il fait bon marcher !
********
Faciles à manier
Les moutons de panurge
Suivent sans discuter…
Leur seule ennemie :
La brebis galeuse
Qui voit que ça urge
De sortir du rang
Pour vivre sa vie
Mais dans le troupeau
Pas question de suivre
Ce mauvais exemple
Car il faut bon vivre
Dans l’unanimité
Et de bêler sans cesse
Bêler à l’unisson
Bêler sans rémission
********
Bêle, bêle, bêle
Mon pauvre agneau !
Bêle, bêle, bêle
On aura ta peau
Mais t’es pas le seul
Que les humains veulent
Tirer par les cornes
Et pour le plaisir
De l’Aïd-el-Kébir
Réduire en méchoui !

Adel LAHMAR

Commentaires:

Commentez...