Fables sur table…

Tunis Hebdo | Voici, en guise de cadeau de fin d’année, quelques mini-fables de mon propre cru. A vous d’en tirer la morale qui vous semble appropriée !

L’âne qui riait en retard

Lorsque le lion racontait une blague, tous les animaux de son royaume riaient en chœur. Seul l’âne remettait son rire à plus tard. Longtemps, on avait mis ce retard sur le compte d’une intelligence limitée que l’on prête souvent à ces pauvres animaux.

Mais un jour, l’âne passa aux confidences : «Si je ne ris pas avec vous, chers collègues, c’est parce que je déteste les chorales. Pour une voix comme la mienne, c’est le solo qui me va le mieux ».

L’escargot qui voulait courir aussi vite que le lièvre

Un escargot a passé la plus grande partie de sa vie à ramper lentement, péniblement. A chaque alerte, il entrait dans sa coquille et interrompait sa marche.

Lorsqu’il se rendit compte qu’il était à la traîne, il décida de quitter cette coquille qui lui pesait si lourd. Et quand ce fut fait, il regretta amèrement son geste, car il eut l’apparence d’un ver nu, et… ne gagna pas en vitesse.

La deuxième victoire de la tortue

Parce qu’elle a battu le lièvre, la tortue crut vraiment qu’elle était la plus rapide au monde et se mit à défier les animaux, un à un. Mais après quelques essais infructueux, elle revint à la triste réalité et commença à chercher ce qui, dans sa lenteur, pourrait lui donner une supériorité sur les autres.

Elle découvrit alors que sa marche de tortue lui permettait d’apprécier davantage le paysage et de savourer le temps, pendant que les amateurs de la vitesse passaient toujours sans rien voir. Ce jour-là, la tortue eut le sentiment d’avoir remporté sa seconde victoire sur le lièvre.

Le paon et le hérisson

Quand le paon fait la roue, c’est un magnifique tableau qui s’offre aux regards. Voulant l’imiter, le hérisson fit sortir ses piquants, mais ne gagna pas à la comparaison.

Alors qu’ils se mesuraient des yeux, un enfant passa près d’eux. Il ne donna point de l’importance au hérisson (ou bien eut peur de ses piquants) et s’attaqua au paon, afin de lui subtiliser ses belles plumes.

Lorsque le paon se trouva tout nu, le hérisson se met à rire et lui dit non sans méchanceté : «Ne vois-tu pas, mon ami, que la beauté est, parfois, une vraie malédiction ?».

– Non, répondit le paon avec sagesse, mais je crois plutôt que les gens craignent ceux qui sortent leurs griffes ».

Un bonus de 10% : Conseils d’ami

Ne vous fiez jamais aux larmes d’un crocodile ! Un bourreau peut-il vraiment pleurer sa victime ?
Ne croyez jamais au repentir du loup ! Comment un loup repenti pourra-t-il assurer sa subsistance ?
N’écoutez jamais les flatteries du renard ! Car c’est à ton fromage qu’il en veut.

Si, toutefois, vous persistez à croire ces êtres malins et fourbes, vous n’en voudrez qu’à vous-mêmes, le jour où vous serez le dindon de la farce.

Adel Lahmar

Commentaires: