Conflit avec la Haica : La chaîne Ettounsiya utilise la fréquence d’El Hiwar Ettounsi

Ettounsiya La chaîne Ettounsiya a décidé de diffuser ses programmes sur la fréquence de la chaîne El Hiwar Ettounsi, nous  a déclaré Faten Moussi, cadre administratif de la chaîne, lundi 29 septembre 2014.

M. Moussi a précisé que ses programmes seront diffusés sous le logo de Hiwar Ettounsi, en attendant qu’il y ait des modifications plus tard.

Pour mettre fin à la polémique, la Haica a publié sur son site un rappel au sujet de l’application de la loi, notamment celles qui refusent de s’y plier : Ettounsiya TV, Nessma TV et Hannibal TV. Selon l’instance,  ces chaines privées ne répondent pas aux conditions légales, et qui ont par conséquent des défaillances dans leurs dossiers.

La HAICA  avait demandé à plusieurs reprises à l’intention des médias qui diffusaient leurs programmes avant le 14 janvier, qu’ils déposent leur dossier, dans l’objectif d’obtenir une licence et d’avoir la signature d’un cahier des charges.

Refusant d’appliquer la loi, la chaine Ettounssi TV a choisi de la contourner, en émettant sur la fréquence El Hiwar.

Riadh Ferjani de la Haica dénonce une « propagande » des chaînes

Riadh Ferjani, membre de la Haica, a publié sur sa page Facebook qu’une campagne engagée contre la Haica « est basée sur un mensonge », en insistant sur l’article 31 du décret-loi 116.

L’ article 31 précise : « En cas d’exercice des activités de diffusion sans licence, la HAICA inflige des amendes allant de vingt mille (20.000) dinars à cinquante mille (50.000) dinars et elle peut ordonner la confiscation des équipements utilisés dans l’accomplissement de ces activités » ( décret-loi 116).

M. Ferjani a assimilé cela  à « des stratégies de communication fondées sur le mensonge », « c’est-à-dire faire de la propagande », a-t-il précisé.

En effet, sur Nesma TV, des attaques ont été faites à l’encontre de la HAICA faisant croire que cette dernière parlait d »arrêt’, ce qui nullement le cas, chose clarifiée par M. Ferjani, en rappelant la loi.

Par Nadia Dejoui

Commentaires: