Le saviez-vous ? Le Caire est une ville fondée par des… Tunisiens !

Le Caire (photo - merveille-du-monde.com)Les foules compactes manifestant en ce moment au Caire sont véritablement impressionnantes et relèguent nos protestations locales au rang de « simples attroupements », selon les termes d’un journaliste européen.

Il est vrai que les masses populaires égyptiennes aussi denses que lors des protestations qui ont fait tomber Moubarak, ont de quoi laisser perplexes les Tunisiens pourtant précurseurs des printemps arabes.

Les grondements actuels de la foule au Caire semblent remettre l’Egypte au cœur des dynamiques arabes actuelles comme si Misr reprenait son statut d’aiguillon et que Tunis retrouvait sa place provinciale.

Ces diverses questions de leadership agitent déjà les milieux des journalistes et des chercheurs qui dressent au jour le jour les évolutions dans le monde arabe. Toutefois, notre propos n’est pas là.

En effet, c’est une page d’histoire qui retiendra aujourd’hui notre attention. Ainsi, saviez-vous que Le Caire est une ville fondée par des Tunisiens ? Pour prendre la mesure de ce fait historique, il faut revenir au dixième siècle et à l’avènement de la dynastie fatimide en Tunisie.

Nous sommes en l’an 916 et Obeid Allah Al Mahdi vient d’ordonner la fondation de la ville de Mahdia à laquelle il donnera son nom. Mahdia devient alors la capitale des Fatimides en 921 et le restera jusqu’à 973, date à laquelle elle sera remplacée par Le Caire. En effet, ne réussissant pas à s’établir durablement en Tunisie, les Fatimides ont décidé de se replier vers l’Est.

Pour ce faire, ils lèvent une armée sur place dont ils confient le commandement à Jawhar Assiqili, d’origine sicilienne et ayant vécu à Kairouan. Ce dernier, accompagné de soldats tunisiens et de nombreux Berbères ira fonder Le Caire en 969. C’est le général Jawhar qui construisit les remparts du Caire ainsi que la Mosquée Al Azhar pour le compte des Fatimides restés à Mahdia.

Ce n’est qu’en 973 que la cour fatimide ira s’établir en Egypte avec à sa tête le calife Al Moez Lidinellah. Pour la petite histoire, Le Caire qui devait être nommée Al Mansouriya supplantera l’ancienne capitale égyptienne de Foustat.

La ville de Mahdia a salué cette épopée en nommant Place du Caire le lieu le plus central de sa médina. Bien sûr, les Mahdois se souviennent de cette page d’histoire qu’ils aiment rappeler en taquinant les Egyptiens…

Notons pour conclure que la capitale égyptienne est jumelée avec trois villes tunisiennes qui sont Tunis, Kairouan et bien sûr Mahdia.

Commentaires: