Le gouverneur de Siliana ne partira pas et Chokri Belaid pointé du doigt !

La poursuite des violences dans la ville de Siliana et la demande persistante de la population de limoger le gouverneur de la région a obligé le gouvernement à sortir de son silence et à s’exprimer sur la question.

Tout d’abord, le premier ministre, M. Hamadi Jebali, a commencé par accuser des parties tierces d’être les véritables fomenteurs de ces manifestations et de cette contestation auxquelles ont participé des milliers de citoyens. Comme à son habitude, M. Hamadi Jebali n’a pas cité ces parties qui prépareraient et oeuvreraient dans l’ombre renouant ainsi avec la théorie du complot développée par le gouvernement lors des premiers mois de son investiture. En revanche, le ministre de l’intérieur, M. Ali Laarayedh a clairement accusé le parti des patriotes démocrates de M. Chokri Belaid, en citant nommément ce dernier et en le taxant d’être hostile à l’Etat ou à la légitimité.

Ensuite, le chef du gouvernement a répété que la demande de limogeage du gouverneur en question n’est pas d’actualité, ce dernier ayant été victime d’une cabale à la suite d’un conflit présumé avec une autre personne. Il a même déclaré que « la période des « Dégage » est bel et bien terminée ajoutant même qu’il partirait avant le gouverneur. Il semble, d’après ces déclarations, que le gouvernement compte désormais adopter une politique « musclée » à l’égard des manifestants, surtout ceux qui s’en prendraient aux symboles de l’Etat.

De même, le gouvernement a aussi démenti l’information relative aux présumés liens familiaux existant entre le gouverneur et le chef du gouvernement. Dans le communiqué publié par le premier ministère, on peut y lire que ces rumeurs ont pour but d’attiser la violence et appelle les citoyens de Siliana à ne pas croire à ces mensonges.

Commentaires:

Commentez...