Comme Ben Ali en 2010, Rafik Abdesslem minimise les événements de Sidi Bouzid

Interrogé par la chaîne d’informations « France 24 » en langue arabe sur les incidents violents survenus à Sidi Bouzid,  Rafik Abdesslem, le ministre des Affaires Etrangères, s’est montré assez vulnérable et a reproché à la chaîne son manque d’objectivité, tout en minimisant les incidents de Sidi Bouzid.

Le discours qu’il a tenu pour expliquer la grogne ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Zine El Abidine Ben Ali en décembre 2010. En effet l’actuel ministre des Affaires étrangères estime que ce sont 200 manifestants  d’extrême gauche qui ont semé le trouble,  aidés en cela par les anciens rcdistes. Toute cette tentative qualifiée par le ministre de contre révolutionnaire qui vise à renverser le régime actuel ne peut  nullement entamer la détermination et la confiance du gouvernement qui tire sa légitimité des urnes.

« Que ceux qui veulent nous faire chuter sachent à quoi s’en tenir, nous ferons échouer leur dessein » , a conclu Rafik Abdesselem sur un ton comminatoire.

 

Commentaires:

Commentez...