Selon le directeur du ‘Printemps des Arts’ : « Aucune œuvre n’a été censurée » !

Avant-hier, un tweet « L’affiche (auto)censurée au printemps des arts » indiquait le retour de la censure, pire l’AUTO-censure, dans le monde de l’art… pour des raisons politico-religieuses.

En effet, après l’ouverture du Printemps des Arts à la Marsa, la discorde s’est installée entre les artistes et les organisateurs du Festival, car l’un d’eux avait demandé à un artiste de décrocher sa pièce, rapporte plusieurs médias.

Et comme nous vivons dans une ambiance électrique concernant tout ce qui touche à la religion, et que l’œuvre en question s’intitule : « La république Islaïque de Tunisie ». Il n’en fallait pas plus pour que ‘l’incompréhension’ s’installe. Ce qui a poussé certains artistes indépendants, toujours selon les mêmes sources, à décrocher leurs œuvres en signe de solidarité.

L’indignation s’est répandue sur la toile tunisienne en l’espace de 24h. Le Net était en effervescence.

Nous avons contacté Luca Lucattini, directeur du « Printemps des Arts ». Il nous a déclaré que la polémique qui a éclaté sur certains sites électroniques et réseaux sociaux, découle d’un malentendu et non d’une censure.

L’œuvre du jeune artiste, Electro Jaye a été décrochée dans l’optique d’une organisation et d’une répartition des œuvres, à travers les galeries du Palais Abdellia et non à cause d’une quelconque pression de l’État, précise L. Lucattini.

L’œuvre en question représente à première vue, presque pêle-mêle, une croix, un croissant étoilé en haut et l’étoile de David en bas.

On a contacté par ailleurs, madame Aicha Gorgi qui nous a confirmé que le tableau en question se trouvait dans la galerie qui porte son nom, au Palais Abdellia et que l’artiste était attendu pour qu’il puisse être accroché.

Toutefois, après la mésaventure de la télédiffusion du film d’animation « Persepolis », nous avons compris que la liberté s’arrêtait là où la religion commençait et que nous ne sommes pas à l’abri d’une auto-censure !

Commentaires:

Commentez...