Victime de sa participation à la troïka, Ettakatol implose !

Le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés (Ettakatol) du docteur Mustapha Ben Jaafar va-t-il redevenir ce qu’il était avant la révolution, un petit parti avec des militants qui se comptent sur le bout des doigts ou bien va-t- pouvoir sortir indemne de cette crise interne qui secoue ses rangs, et qui couve depuis la fin des dernières élections de la Constituante ?

En tous les cas, Ettakatol a bénéficié après la révolution de l’entrée massive de plusieurs jeunes et militants politiques qui lui a permis de se positionner en tant que force politique importante dans l’échiquier politique tunisien.

Mais, tant ces militants que la plupart des électeurs, semble-t-il, ayant accordé leurs voix à Ettakatol, se sont sentis floués par une direction politique qui n’aurait pris l’avis de personne pour participer à la troïka, opération apparemment déjà bien ficelée avant même les élections. La situation a empiré après le coup d’envoi des travaux de la Constituante qui ont vu les élus d’Ettakatol, à une exception près, s’aligner sur les positions du parti majoritaire d’une manière mécanique et automatique, ce qui a créé un véritable malaise au sein des militants.

À cela s’ajoute le fonctionnement hiérarchisé du parti et de ses structures contribuant à l’exclusion et la marginalisation des nouveaux venus.

Cette situation, ajoutée au reniement par le parti de ses propres idées, comme le soulignent les mécontents, a provoqué une vague de démissions partie des cellules du parti au Bardo puis à l’Ariana avant de toucher Tunis I et Tunis II, avec des chefs de file comme les deux directeurs de campagne des dernières élections de ces deux circonscriptions, Khaldoun Souileh et Houssem Hammi.

Aujourd’hui, d’autres démissions vont concerner Ben Arous, un mouvement qui sera, semble-t-il, suivi de nouvelles démissions provenant du Kef, de Sousse, de Mahdia, de Kasserine et d’autres villes de l’intérieur du pays. Un gros coup dur pour Ettakatol passé à côté de l’histoire !

Commentaires:

Commentez...