Perversion

Le scrutin du 23 octobre approche à grands pas et l’effervescence n’a pas encore atteint son paroxysme. Le lancement de la campagne électorale est plutôt timide mis à part le travail d’affichage qui s’est malheureusement accompagné, dans quelques régions, par une œuvre d’arrachage de la part d’obscurs commanditaires qui n’ont pas encore saisi la dimension démocratique et ses exigences.

Cependant, ce qui est préoccupant aujourd’hui c’est cette profusion des listes en compétition notamment les listes dites indépendantes qui faussent quelque peu « le jeu » électoral créant à la fois des incertitudes et une certaine perversion du mode de scrutin prévu dans le nouveau code électoral.

Tout d’abord, ces listes indépendantes constituent une véritable inconnue surtout sur le plan de leurs orientations futures, une fois élues. En effet, plusieurs de ces indépendants se présentent en se fondant sur la notoriété de leur tête de liste dont certains sont des personnalités ayant, ou croyant avoir, une certaine dimension nationale suffisante pour attirer des centaines d’électeurs. La question qui se pose, c’est que ces candidats qui se présentent sous cette étiquette d’« indépendants », le sont-ils vraiment ? Ou bien ne sont-ils pas seulement que des éléments qui agissent en symbiose avec telle ou telle autre formation politique qui cherche à accaparer des voix y compris par ces manipulations. Autrement dit, le calcul de ces formations est simple : les voix qui leur échapperaient éventuellement pourraient leur revenir par le biais de ces indépendants. Autre chose encore tout aussi problématique : quel est le programme de ces listes indépendantes ? Quelles sont leurs orientations réelles ? Quelle sera leur stratégie d’alliance dans le cas où ils accéderaient à l’Assemblée Constituante ?

Car et si on peut opposer aux élus des partis politiques leurs littératures et leurs orientations divulguées depuis quelques temps dans leurs programmes respectifs, on ne pourra rien opposer aux listes dites « indépendantes » sinon leurs minces manifestes électoraux généralistes.

Ensuite, la profusion de ces listes indépendantes a produit un véritable voile et un manque de visibilité effarant devant les électeurs qui ne savent plus ou donner de la tête pour choisir la liste qui correspond à leurs idéaux. Cela risque de créer de la confusion et surtout un émiettement et une dispersion des voix qui nous donnerait une assemblée constituante complètement éclatée et qui sera soumise par la suite au jeu dangereux des alliances, parfois même les plus troublantes !

Enfin, ce nombre trop important de listes indépendantes a perverti le mode de scrutin prévu par le nouveau code électoral. Celui-ci qui a fixé un mode de scrutin proportionnel de liste avec le plus fort reste s’est transformé finalement, ou presque, en scrutin uninominal. Autrement dit, le choix des électeurs que l’on souhaitait fondé sur des critères objectifs, c’est-à-dire sur les programmes des partis politiques, s’est quasiment transformé en scrutin subjectif se fondant sur la personnalité des têtes de listes.

Il faut noter enfin que cette multiplication des candidatures et des listes est aussi due à la formidable « voracité » et à l’ambition démesurée de certaines personnes qui veulent coûte que coûte se transformer en « hommes publics » !

Commentaires:

Commentez...