Les agents de Tunisie Télécom fêtent le retour au travail

Ils ne sont pas retournés au travail le 16 juin 2011. Ils ont eu un jour de plus pour fêter leur victoire. Danse, chants patriotiques, hymne national, encens… les agents de Tunisie Telecom ont gagné leur cause. Cependant, ils n’ont pas oublié leurs clients. «Nous adressons nos excuses aux citoyens restés déconnectés ces derniers jours», ont déclaré les responsables du syndicat.

Pour ce dernier, qui a mobilisé ses troupes pendant des semaines et a tenu bon à travers une grève ouverte depuis plus d’un mois, l’adoption par le conseil d’administration d’un accord est le fruit de longues tractations entre le gouvernement, l’UGTT et le partenaire stratégique.

Le conseil d’administration de l’opérateur historique a mis fin à tous les contrats de travail mentionnés dans l’article 10 du PV de réconciliation du 9 février 2011 à l’exception de 10 contractuels qui garderont leurs fonctions actuelles au sein de Tunisie Telecom.

Le conseil d’administration a, par ailleurs, décidé de réintégrer les 15 agents contractuels et ex-statuaires au sein de Tunisie Telecom, selon les règles et procédures en vigueur, ainsi que la suspension de tous les autres contrats, au cas par cas. L’accord stipule aussi que 27 contractuels vont être embauchés chez IST (filiale de l’EIT en Tunisie) tout en devenant consultants au sein de Tunisie Telecom.

Question services, la bousculade sera grande au sein des agences commerciales.

Le personnel doublera certainement sa rentabilité au travail pour satisfaire les clients. Le syndicat appelle même à travailler les samedi et dimanche pour rattraper le retard dans certains travaux et propose au personnel d’offrir une semaine de travail de leur congé annuel à l’entreprise.

Cependant, il faut avouer que Tunisie Telecom sort très affaiblie par rapport à la concurrence. Gagnera-t-elle la confiance perdue de ses clients ? La réponse sera donnée par les agents de TT. D’autre part, l’économie tunisienne a énormément perdu à cause de cette grève. Elle a accusé un manque à gagner estimée à des millions de dinars. Les clients et les entreprises, notamment les centres d’appels, ont souffert de ces 55 jours de grève. Quant au syndicat, il se retrouve essoufflé par cette longue grève et n’en sort pas indemne. Il devrait faire face à la nouvelle structure syndicale mis en place par des agents contestataires de ses décisions dans les prochains mois. Par cette grève, le syndicat a perdu la confiance

Commentaires:

Commentez...