Canada nous permet de geler les biens de Ben Ali et ses proches…trop tard ?

Belhassen Trabelsi a-t-il eu le temps de transférer ses avoirs vers un paradis fiscal ?Malgré les demandes répétées des nouveaux dirigeants tunisiens, le gouvernement canadien n’a jamais été capable de saisir les biens de Belhassen Trabelsi, qui s’est installé à Montréal après le 14 janvier, ni ceux de la famille Ben Ali. Cette incapacité a été expliquée par l’absence de renseignements exigés par la loi et que les autorités tunisiennes n’ont pu fournir rapidement.

En ce sens, le gouvernement canadien vient d’annoncer la création d’une nouvelle loi qui devrait permettre à Ottawa de geler les avoirs des dictateurs ou régimes corrompus sans attendre l’obtention de preuves formelles de leur origine criminelle. Cette loi est même entrée en vigueur ce mercredi.

Cette loi permet donc au Canada de saisir les biens des présidents étrangers ou des membres de leur famille dès que cet Etat étranger en fait la demande.

Néanmoins, même si la Tunisie refait une demande de saisie auprès des autorités canadiennes, cette loi n’arriverait-elle pas trop tard ? Estimée entre 10 et 20 millions de dollars, la fortune, qui se trouve au Canada, de la famille de Ben Ali n’a-t-elle pas déjà été transférée vers des paradis fiscaux ? Le manque de réaction du premier gouvernement de transition, juste après le 14 janvier, a-t-il bénéficié à Belhassen Trabelsi ou Sakhr El Materi ou autres membres de la famille du président déchu ?

Commentaires: