Tawfik Jelassi : « Faisons de l’inclusion digitale un axe primordial du plan quinquennal de développement »

L’inclusion digitale a été au centre d’un webinar organisé par le téléopérateur national Tunisie Telecom.

Plusieurs invités et experts ont souligné l’importance de cette thématique en Tunisie et dans le monde, en tant que moteur économique et social.

Parmi les intervenants, Tawfik Jelassi, professeur de stratégie et Management des technologies et ancien ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’information et de la communication dans le gouvernement de Mehdi Jomaa.

Depuis Lausanne, le responsable a souligné l’importance et la nécessité d’adopter l’inclusion digitale. Citant l’exemple de Safaricom au Kenya, il a explique qu’en 2009 le téléopérateur avait noté le lien à fort potentiel existant entre le taux d’utilisation du téléphone portable et la non-bancarisation de 80% de la population.

A travers l’inclusion numérique, ce taux est passé de 80% en 2009 à 18% en 2016. Un saut qui a permis au Kényans de réussir l’inclusion économique et financière et de créer de nouvelles opportunités et emplois.

Jelassi a poursuivi citant les innombrables avantages de l’inclusion digitale notamment la réduction de la fracture numérique dans la société, l’autonomisation des individus à travers l’utilisation des TIC, la dématérialisation des services publics (citizen-friendly), la digitalisation de l’éducation, de la santé du travail, du commerce.. (cruciale durant la crise du Coronavirus) et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens.

Cette inclusion permettra également l’accès aux services publics, la participation à des activités économiques et sociales, l’inclusion économique et financière, l’intégration des seniors, des femmes rurales, des handicapés, des personnes sans diplôme… et surtout éviter la mise à l’écart de certains individus et leur stigmatisation sociale.

Toutefois, son application reste limitée en raison des barrières qui existent comme l’accès aux outils informatiques, l’accès à internet, le coût financier de ces accès, l’illettrisme numérique, le manque d’accompagnement aux usages numériques, et les inégalités sociales.

A cet effet, Tawfik Jelassi a appelé à faciliter l’accès des citoyens à l’équipement numérique et à l’internet et à offrir des incitations pour utiliser les services numérique comme le e-paiement.

Et de souligner l’importance de valoriser les initiatives d’économie numérique, de réduire l’illettrisme numérique et renforcer la culture digitale à travers des actions de sensibilisation (gaming), d’utiliser le digital pour dynamiser les régions défavorisées et de faire de l’inclusion digitale un axe primordial du nouveau plan quinquennal de développement.

Aussi, la généralisation de l’accès à l’internet à travers l’élimination des « zones blanches » reste cruciale, selon ses dires.

« Le plus grand danger dans la disruption digitale, ce n’est pas la disruption en elle-même, c’est d’agir sans l’inclusion digitale », a-t-il déclaré. « Faisons un effort pour la faire réussir ».

Commentaires:

Commentez...