500 djihadistes tunisiens errent dans la nature et beaucoup ont convergé vers Nice, selon Mathieu Guidère

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est à Tunis pour informer officiellement les autorités tunisiennes que la France entend expulser 21 Tunisiens soupçonnés d’extrémisme religieux et demande à avoir des laissez-passer consulaires à cet effet.

Dans ce contexte très précis lié au dernier attentat de la basilique de Nice du 29 octobre dernier, perpétré par un Tunisien, tout comme l’était celui qui a commis l’attaque au camion sur la promenade des Anglais en juillet 2016 à Nice, cette demande pourrait ne pas être la dernière.

Car comme l’explique le spécialiste en terrorisme islamiste, Mathieu Guidère, le nombre de « djihadistes tunisiens qui errent dans la nature » s’élève à environ 500 dont la plupart sont allés se réfugier… à Nice.

Dans un entretien accordé au journal Le Point, l’auteur de « l’Atlas du terrorisme islamiste », décrypte le regain de puissance d’Al Qaida, ses relations avec l’Etat islamique et le choix de ses cibles.

Mathieu Guidère explique que le réseau djihadiste reste puissant dans le monde et ses attentats se font encore de plus en plus violents, ajoutant qu’Al Qaida compte aujourd’hui plus de 70 mille membres, soit deux fois plus que les forces de l’Etat islamique.

Il explique aussi que les Tunisiens ont, en majorité, rejoint l’Etat islamique en Irak et en Syrie et qu’à la chute de Daech, « 1500 combattants tunisiens sont rentrés au pays » et que les deux tiers ont été emprisonnés. Le dernier tiers est dans la nature. Et selon lui, « ce sont ces 500 individus qui posent problème ».

Et d’ajouter que « les autorités tunisiennes ont exercé une telle pression sécuritaire qu’une partie a fui vers l’Italie en se mêlant aux migrants de Lampedusa. Depuis, comme il leur est difficile de s’intégrer au sein des mafias italiennes, ils convergent vers Nice où existe déjà une importante communauté tunisienne.

Commentaires:

Commentez...