La tension monte d’un cran entre le MAE et l’ancien représentant de la Tunisie à l’ONU

Le ministère des Affaires étrangères, de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger a considéré les récentes déclarations du représentant permanent de la Tunisie auprès des Nations Unies, Kais Kobtni comme « surprenantes ».

Limogé il y a quelques jours, Kobtni avait annoncé sa démission du corps diplomatique après que les autorités tunisiennes eurent décidé de le démettre de ses fonctions qu’il n’avait occupés que cinq mois.

« J’ai décidé de démissionner du corps diplomatique tunisien, c’est une question d’honneur et de principe », avait déclaré Kobtni à l’agence France Presse, estimant que cette affaire « est très mauvaise pour l’image de la Tunisie ».

Dans un communiqué publié ce vendredi 11 septembre 2020, le ministère a considéré ces déclarations comme des attaques contre les institutions étatiques et leurs symboles et une atteinte au prestige et à l’image de la Tunisie à l’étranger « dans une violation flagrante et sans précédent du devoir de réserve ».

Le ministère a expliqué que la décision de déplacer l’intéressé vers un autre poste est intervenue suite à des problèmes au niveau de la gestion administrative et financière de la mission.

« Ces violations ont été enregistrées à la lumière d’une évaluation approfondie et objective des performances de l’ambassadeur pendant un certain temps et après que les intérêts des ministères des affaires étrangères et des finances ont découvert des dépassements administratifs et financiers », explique-t-on, citant « un dépassement du budget fixé pour la mission ».

« L’intéressé n’a pas bien communiqué avec ses collègues de la mission, qui sont parmi les meilleurs diplomates du ministère, avec un comportement caractérisé par des mauvais traitements et de l’arrogance, ce qui a créé une tension au travail quotidien de la mission ».

Il est à noter que Kais Kobtni a été nommé représentant de la Tunisie auprès de l’Organisation des Nations Unies en mars 2020, suite au limogeage de son prédécesseur Moncef Baati.

Commentaires: