Festival du film expérimental : Slim Gomri et le tango

Le Festival du film expérimental se poursuit cette semaine avec la projection de nouvelles créations du réalisateur Slim Gomri.

Dans cinq courtes vidéos tournées en juin, Slim Gomri plonge dans l’univers du tango.

Dans le sillage de la danseuse Fatma Oussaifi et ses partenaires, les films de Gomri sont une belle rencontre entre la danse et l’image.

Gomri filme les corps dansants et à travers eux, explore rythmes, émotions et musique. Les pas esquissés par les danseurs, leur complicité et jusqu’à leur respiration sont au coeur de l’image.

Portés par des musiques contemporaines, les danseurs évoluent aussi sur un registre plus classique avec des compositions de Ricardo Tanturi et Osvaldo Fresedo qui remontent à 1941.

Regroupées sous le titre « Me llaman Tango », les cinq oeuvres brèves aboutissent à un film de 15 minutes dont Fatma Oussaifi est l’égérie par excellence.

Ce regard de Slim Gomri sur l’univers du tango est complété par un sixième opus intitulé « Two Boxes ».

Dans ce film expérimental, le réalisateur met en scène une danseuse après deux mois de confinement. Elle sort de sa boite et retrouve les accents du tango.

Et là encore, Gomri parvient à pénétrer l’univers sonore et plastique du tango pour le déconstruire et le placer dans une perspective esthétique et universelle.

Les films de Slim Gomri seront projetés vendredi 24 juillet à 18h à la station d’art B7L9 à Bhar Lazreg. Les projections seront suivies par un débat en présence de Fatma Oussaifi et du réalisateur.

Commentaires: