Tunisie – Bac 2020 : La triche au rendez-vous !

Il serait illusoire d’espérer une session de baccalauréat sans cas de tricherie ou de fraude. Car généralement tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins notamment lorsqu’un candidat n’a plus rien à perdre !

Et ils sont nombreux, chaque année, à user de tous les subterfuges pour déjouer la surveillance. Exit la fausse copie qui a fait place à de nouvelles méthodes plus évoluées et plus technologiques mais pas aussi efficaces.

Du kit d’oreillettes au bluetooth en passant par le mobile, tout y passe malgré la volonté de mettre fin à ce phénomène de plusieurs manières à l’aide de portiques électroniques, de brouilleurs, etc…

De nombreuses mesures préventives sont mises en place chaque année pendant les examens pour déjouer toute tentative de fraude., mais rien n’y fait ! Les cas de fraude et de tricherie se répètent chaque année, l’utilisation de kits téléphoniques par des élèves étant désormais le moyen le plus utilisé.

On se rappelle tous de cette affaire à Gafsa lors du bac 2014. Six personnes avaient été arrêtées, en possession d’ordinateurs, de téléphones portables et de copies des examens, alors qu’elles étaient en train de communiquer aux élèves les réponses de l’épreuve qui se déroulait au même moment.

On se rappelle également de cette affaire en 2013 à Kairouan, où 17 étudiantes voilées ont été surprises avec un kit main libre caché sous leur voile, leur permettant d’obtenir les informations nécessaires de l’épreuve.

Pour le bac de cette année, les cas de fraude n’ont pas encore été révélés en ce premier jour d’épreuve, mais les premiers cas de triche sont bien là malgré les mesures prises par le ministère de l’Education.

A Sidi Bouzid, un cas de triche a été confirmé ce mercredi 8 juillet 2020. Un des élèves a été pris en flagrant délit à l’examen en utilisant une prothèse auditive et deux téléphones portables à l’intérieur de la salle du lycée du 9 Avril à Sidi Bouzid. A Kairouan, une étudiante a également été prise en flagrant délit de triche. Elle était équipée d’un kit mains libres et d’un téléphone portable.

Les deux candidats ont été privés de poursuivre l’examen, conformément à la loi concernant la fraude au bac et une plainte sera déposée contre eux, tout en leur interdisant de passer les autres épreuves du bac.

Le directeur régional de l’Education à Sousse, Najib Zbidi, a également évoqué quatre cas de fraude au premier jour de l’examen dans le gouvernorat de Sousse, précisant que quatre candidats étaient sur le point de tricher en utilisant une prothèse auditive et des téléphones portables à l’intérieur de la salle d’examens.

Rappelons que toute tentative de fraude, y compris la présence de tout appareil électronique ou tout moyen de communication à l’examen du baccalauréat, est passible de sanctions telles que l’interdiction de passer le baccalauréat pour une période de 3 à 6 ans, avec le renvoi définitif des établissements d’enseignement publics.

Commentaires: