A Tunis, les docteurs et doctorants crient à la révolution

Trop c’est trop, le ras-le-bol des docteurs et doctorants chômeurs est annoncé et il se fait entendre. Depuis quelques jours ils affluent de partout vers la capitale où ils organisent un sit-in devant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Ce mardi 7 juillet, plusieurs bus transportant ces jeunes qui se disent victimes du système social et éducatif en dépit de leur niveau intellectuel, sont arrivés à Tunis pour appuyer les sit-inneurs déjà présents sur place.

Seule revendication : Recrutement des docteurs et doctorants au chômage et création d’unités de recherche dans les administrations et ministères pour absorber ce grand nombre de chômeurs, mais jusqu’à présent, aucune réponse de la part du ministère précité, qui opte pour le silence.

D’ailleurs, face à cette passivité de la part des autorités, un sit-in est prévu, aujourd’hui mardi 7 juillet, à la place de la Kasbah devant la présidence du gouvernement pour se faire entendre.

En tout cas, selon une source au ministère de l’Enseignement supérieur, le département se penche actuellement sur l’élaboration de projets de loi et d’initiatives législatives en vue de faciliter le recrutement des docteurs et doctorants chercheurs au sein des facultés privées.

Chose que les manifestants rejettent avec fermeté dans la mesure où les conditions professionnelles et les salaires dans le secteur privé sont pour certains « médiocres ».

Des dizaines de docteurs et doctorants chômeurs organisent depuis le 30 juin une manifestation et avaient entamé un sit-in ouvert devant le siège du ministère. Leurs photos dans des conditions lamentables ont créé polémique sur les réseaux sociaux, d’autant plus qu’on parle de l’élite de la société.

En Tunisie, 69% des titulaires de doctorat dont le nombre s’élève à 3292 sont au chômage. Le nombre des doctorants s’élève quant à lui à 11.171 étudiants.

Commentaires:

Commentez...