Ahmed Djellouli, le gentleman du Vieux Tunis

Je vous proposerai de temps à autre quelques portraits de personnalités tunisiennes qui comptent beaucoup à mes yeux. Je voudrais commencer cette série par un hommage à Ahmed Djellouli dont la silhouette est inséparable de la médina de Tunis où il a vécu de longues et belles années.

Au coeur même d’une relation heureuse avec le passé, Ahmed Djellouli ressentait la fuite du temps comme la douce saveur d’un présent révolu. Homme de conscience, homme d’honneur, il savait comme nul autre, retrouver les « gisements profonds » dont parlait Proust: ceux sans lesquels la vie paraît être une nostalgie inaccessible.

C’est ce monde ancien mais plus vivant que le présent, que sa mémoire prolongeait rétrospectivement. Car Ahmed Djellouli fut de ces hommes qui nous ont rappelé des lieux et des êtres oubliés, nous faisant pressentir ces « choses natales » ainsi que les nommait le même Proust.

Ahmed Djellouli savait aussi vivre le présent et l’accueillir avec toute l’attention dont on est capable. Chaque instant lui riait d’une fraîche nouveauté, comme l’impression d’un commencement toujours renouvelé.

Avec lui qui, toujours initiait ses auditeurs à la véritable réflexion et au sens de l’histoire, cet élan vital exprimait souvent l’émerveillement, le mouvement, le changement.

Ses qualités intellectuelles et morales faisaient de lui un véritable maître: incarnation de la rigueur, porteur de principes et exemple perpétuel pour ses disciples.

Parfois, un mot lui suffisait, inoubliable et irréfutable, on ne savait comment, à créer de véritables retournements intérieurs.

Seulement quelques mots, et soudain, la texture de l’histoire paraissait et les figures de notre passé surgissaient comme une lumière dans la nuit.

Ahmed Djellouli semblait attaché, avec toute son âme, à sa tradition familiale, sa demeure patricienne du quartier de Tourbet El Bey, à Tunis, et à ce savoir considérable réuni au fil des ans.

Singulièrement vivant et profond, il se distinguait du commun des hommes par son élégance légendaire, son éloquence et son sens de la répartie.

Commentaires: