Abir Moussi se démène pour débarquer Rached Ghannouchi

C’est ce mercredi 3 juin 2020 que la demande d’audition de Rached Ghannouchi, président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), sera examinée en séance plénière comme l’a décidé le bureau du Parlement le 22 mai dernier.

Cette demande d’audition avait été présentée par le bloc du Parti destourien libre (PDL) qui a présenté une motion dans ce sens. La présidente du PDL, Abir Moussi, avait d’ailleurs aussitôt annoncé la levée du sit-in de son bloc à l’ARP.

L’audition tant attendue devrait porter sur la déviation diplomatique qu’est en train d’effectuer depuis des mois, Rached Ghannouchi, « s’emparant » d’une partie des prérogatives du Chef d’Etat, ont estimé plusieurs sources.

On reproche surtout, au président de l’ARP d’avoir enfreint les coutumes diplomatiques tunisiennes après l’entretien téléphonique qu’il a eu avec le chef du Gouvernement d’entente nationale de Libye Faiz Sarraj et d’avoir outrepassé les institutions en les impliquant dans le conflit libyen.

La séance du 3 juin aura donc pour but d’examiner le projet de règlement présenté par le bloc du PDL sur le refus d’ingérence étrangère en Libye et les positions claires émises par certaines parties, notamment Ghannouchi, sur l’évolution de la situation en Libye.

Dans le cadre bien précis de la plénière du 3 juin, Abir Moussi s’active à rallier les autres blocs autour d’elle. Elle a d’ailleurs dévoilé, ce vendredi 29 mai 2020, que des concertations sont en cours avec certains blocs parlementaires dans le but de parvenir au retrait de confiance à Rached Ghannouchi. Autant dire que le match des coulisses a déjà commencé !

Abir Moussi ne cache d’ailleurs pas ses visées et ses objectifs. Elle veut créer une nouvelle majorité parlementaire et élire un nouveau président pour la prochaine étape.

Pour atteindre cet objectif, elle est en train de mener une farouche campagne qui l’a menée à s’entretenir avec les représentants des blocs de Tahya Tounes, Qalb Tounes, La Réforme et L’Avenir. Une pétition parlementaire est même en cours de signature, selon elle.

Commentaires: