Le coronavirus mettra-t-il fin au gaspillage alimentaire en Tunisie ?

Les Tunisiens s’apprêtent à accueillir, dés demain vendredi 24 avril, le mois saint du Ramadan, mais cette année dans des conditions sanitaires inédites et dans une situation économique extrêmement difficile pour les ménages comme pour les sociétés. En effet, l’économie nationale étant frappé de plein fouet par cette crise sanitaire, plusieurs familles tunisiennes trouveront de grandes difficultés pour répondre aux exigences financières de cette occasion religieuse, transformée en un mois de la consommation.

Mais voyons les choses du bon côté, cette nouvelle donne pourrait contribuer à faire face à un phénomène dont a toujours souffert la Tunisie, notamment pendant ce mois saint. En effet, c’est le casse-tête de plusieurs pays qui ne trouvent toujours pas de solution pour faire face au gaspillage alimentaire et en Tunisie le phénomène ne cesse de s’aggraver.

Le gaspillage alimentaire des familles tunisiennes est estimé à 572 Millions de Dinars (MD), par an, soit 5% des dépenses alimentaires alors qu’en même temps 600 mille Tunisiens souffrent de mal nutrition (soit 4,9% de la population).

Cette année la profonde crise financière qui a touché pratiquement toutes les catégories sociales fera-t-elle baisser les quantité de nourriture gaspillées ? Les Tunisiens adopteraient-ils de nouveaux modes de consommation plus rationnels ou continueraient-ils de consommer d’une manière ostentatoire en dépit de la crise dont ils souffrent ?

En tout cas, en Tunisie c’est le gaspillage du pain qui pose grand problème. Si on sait que selon les données de l’Institut national de consommation près de 2,7% des familles tunisiennes dilapident 113 mille tonne de pain/an, d’une valeur de 100 MD, on s’aperçoit que le problème est de taille, d’autant plus que pour cette année, la distribution de la farine connait de grandes perturbations.

En cette période de crise, ou de guerre comme ne cesse de le souligner le chef du gouvernement, les Tunisiens sont appelés à rationaliser leur consommation des produits alimentaires en vue de sortir indemne et avec les moindres dégâts financiers de ce mois saint.

Commentaires:

Commentez...