Personne n’est encore invité à la conférence de Berlin, lance l’ambassadeur allemand

Andreas Reinicke, ambassadeur de l’Allemagne en Tunisie

L’ambassadeur d’Allemagne à Tunis, Andreas Reinecke est revenu ce jeudi 9 janvier 2020, sur l’éventuel écartement de la Tunisie de la conférence de Berlin sur la Libye, prévue à la fin de ce mois de janvier.

Il a affirmé sur les ondes d’Express FM, qu’aucun pays n’est encore invité à ladite conférence, qui doit réunir plusieurs pays pour discuter du dossier libyen et des derniers développements dans ce pays, en proie à la guerre civile.

« La conférence de Berlin s’inscrit dans le cadre d’un processus initié par Ghassam Salamé, chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL). Ce processus comporte trois phases : la première étant le cessez-le-feu immédiat, la seconde un accord entre les pays actifs en Libye pour se retirer et de renforcer l’embargo existant des Nations unies sur les armes et la troisième est de parvenir à une solution pacifique purement inter-libyenne », a-t-il souligné.

Il faut rappeler, dans ce contexte que lundi 6 janvier 2020, la présidence de la République annonçait dans un communiqué, que le chef de l’Etat Kais Saied, avait reçu un appel téléphonique de la part de la chancelière allemande, Angela Merkel.

La chancelière allemande a invité le président de la République à effectuer une visite officielle en Allemagne. La présidence a également annoncé que l’entretien a porté notamment sur les développements dans la région et notamment le dossier libyen.

Par contre, le communiqué ne précisait pas si le président de la République a été invité à assister à la conférence de Berlin sur la Libye.

Dans la soirée, la chargée de communication au sein de la présidence de la République Rachida Ennaifer confirmait, par ailleurs que le président de la République Kais Saied n’avait pas été invité à participer à la conférence de Berlin sur la Libye.

Or, d’après ce que l’on sait, il n’a jamais été question de la participation de la Tunisie à la conférence de Berlin, du moins du côté de l’Allemagne. La visite du ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à Tunis en octobre 2019, avait été l’occasion de clarifier les choses des deux côtés et malgré l’insistance de la partie tunisienne, Berlin n’a pas daigné inviter la Tunisie.

Le 28 octobre 2019, lors d’une conférence commune tenue à Tunis, le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Khemais Jhinaoui avait déjà évoqué le fait que l’Allemagne a entamé les préparatifs nécessaires pour l’organisation d’une conférence internationale sur la Libye dans le but de trouver une issue pacifique et politique à la crise dans ce pays.

En réponse à une question sur le fait que l’Allemagne n’avait pas invité la Tunisie à prendre part à la Conférence internationale de Berlin sur la Libye, Jhinaoui avait indiqué que « l’Allemagne connait parfaitement la position de la Tunisie concernant l’initiative allemande ». « Nous comprenons la démarche empruntée par l’Allemagne et nous lui avons fait part de l’importance que peut revêtir la présence de la Tunisie dans cette conférence ». En d’autres termes, la Tunisie n’était pas sur la liste des invités.

Commentaires: