Etudiant expulsé : Les jeunes médecins menacent d’une nouvelle grève

Etudiant expulsé : Les jeunes médecins menacent d’une nouvelle grève

Par -

Le bureau exécutif de l’organisation tunisienne des jeunes médecins étudie actuellement la possibilité d’une deuxième grève nationale, « face au silence des autorités concernées quant à l’affaire de l’expulsion de l’étudiant Wajih Dhakkar à cause d’un post publié sur Facebook ».

Selon Jad Henchiri, président de l’organisation, le directeur général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a  demandé à l’étudiant en question de présenter une demande d’excuse écrite, « reconnaissant avoir insulté l’institution sous la pression de la période d’examen », afin que le conseil de discipline révoque la décision d’expulsion « illégale ».

Henchiri a estimé qu’à travers ces actions, les autorités en tutelle poussent à l’escalade et et ne font pas preuve d’une bonne gestion d’une autorité universitaire avec ses étudiants ou de la résolution du problème par des moyens pacifiques, notant que l’étudiant avait déjà clairement indiqué dans sa réponse à l’interrogatoire du conseil de discipline qu’il ne cherchait à insulter personne.

Un groupe d’avocats volontaires soumettra vendredi une demande au tribunal administratif pour mettre fin à la décision d’expulsion, a-t-il ajouté.

Rappelons que l’organisation tunisienne de jeunes médecins a décidé de tenir une grève nationale dans toutes les facultés de médecine du pays,  lundi 4 novembre 2019, pour protester contre ce qu’ils ont considéré comme une « injustice » contre leur collègue Wajih.

Ce dernier avait publié un post sur son compte Facebook, dénonçant une panne au niveau du système de climatisation de la salle de révision de la Faculté de Médecine. Depuis, l’administration a décidé de l’expulser.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Tunis-Hebdo