Syrie, UE, acquis de la femme, culture… Kais Saied se livre sur Al Watania

Lors d’une interview accordée hier soir à la chaîne nationale, le candidat à la Présidentielle, Kais Saied, est revenu sur plusieurs points portant sur son projet, ses sympathisants, sa vision des relations diplomatiques, et autres.

Concernant sa candidature, Saied a expliqué avoir pris la décision de se présenter aux élections par responsabilité, assurant « qu’il n’est en concurrence avec personne ».

Évoquant les pages Facebook qui le soutiennent, il a indiqué qu’il n’en possède aucune et que ces espaces ont été créés par des sympathisants faisant partie de ses anciens collègues et étudiants. Dans ce sens, il a appelé les administrateurs des pages à ne pas diffuser de discours haineux et à ne recevoir d’argent de personne.

Son absence des médias ? L’universitaire a expliqué que ceci a été décidé pour des raisons purement éthiques, pour que l’on ne l’accuse pas d’avoir profité de l’incarcération de son concurrent Nabil Karoui. Il s’est dit d’ailleurs se trouver dans une situation « inconfortable » quant à la détention du patron de Nessma TV.

En ce qui concerne sa vision des relations diplomatiques, Saied a estimé qu’il faut rétablir les relations avec la Syrie et « qu’il faut faire la différence entre l’Etat syrien et le régime ».

Au sujet de l’union européenne, il a assuré que les positions qu’on lui attribue à ce sujet sont erronées et représentent une diffamation, soulignant l’importance des relations stratégiques avec les pays du nord de la Méditerranée ».

Kais Saied a déclaré que les libertés et les droits acquis de la femme tunisienne seront protégés, et qu’il n’y aura aucun retour. « Les acquis de la femme, de l’enfance et de la scène culturelle sont une ligne rouge à ne pas dépasser », a-t-il insisté.

Commentaires: