Ramadan : La société civile dénonce la violation des libertés individuelles

Ramadan : La société civile dénonce la violation des libertés individuelles

Par -

Des associations et organisations nationales ont publié, ce jeudi 23 mai 2019, un communiqué conjoint pour dénoncer la violation des libertés individuelles en ce mois de Ramadan et leur inquiétude, et ce à travers les descentes effectuées dans les cafés par les agents des forces de l’ordre qui donnent lieu à l’arrestation et à la conduite au poste de police sous la menace, des personnes fréquentant ces lieux.

Ces composantes de la société civile précisent que « violer les droits individuels, imposer le jeûne aux citoyens et fermer les cafés et les restaurants au nom de la religion sont des pratiques qui contrastent avec les fondements et les principes de l’Etat civil que nous œuvrons à mettre en place ».

Elles appellent notamment les autorités tunisiennes et particulièrement le ministère de l’intérieur à impérativement respecter les traités internationaux garantissant les libertés individuelles (pensée, croyance et conscience) et les principes de la Constitution de 2014 qui garantit, dans son article 6, la liberté de croyance, de conscience et de l’exercice des cultes.

Un policier brandit son arme dans un café de Sfax

Les organisations et associations nationales déplorent le comportement d’un policier qui n’a pas hésité à brandir son revolver dans un café de la ville de Sfax et ont également fait part de leur soutient indéfectible aux victimes de pareils abus, exprimant leur disposition à les aider au cas où elles décident de saisir la Justice.

La déclaration a été signée par le Syndicat national des journalistes tunisiens, l’Association tunisienne des femmes démocrates et la Ligue tunisienne pour les des droits de l’Homme, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie, l’Union générale des étudiants de Tunisie, l’Association tunisienne de défense des libertés individuelles, l’Association tunisienne de défense des valeurs universitaires, l’Association Beity et Yakadha pour la démocratie et l’Etat civil.

Le MI nie toute campagne ou descente dans les cafés

Mercredi, le ministère de l’Intérieur a démenti l’existence d’une campagne visant les cafés et restaurants ouverts le jour au public durant le Ramadan ou de descentes ayant été effectuées ou de restrictions ou de poursuites contre ceux qui les fréquentent.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur précise bien « accomplir sa mission dans le respect de la loi et des droits humains sans toucher aux libertés individuelles garanties par la Constitution, dont la liberté de croyance et de conscience ».

Un communiqué publié pour apporter des éclaircissements concernant l’affaire du café touristique de la vieille ville à Kairouan.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo