Nouveau et intéressant : Kram Fèn Days pour une banlieue qui renaît

Lorsqu’on la compare à ses voisines de La Marsa ou La Goulette, la ville du Kram semble assoupie et dominée par un clivage est-ouest qui sépare quasiment deux localités distinctes. Pourtant, tous les quartiers ce cette ville de la banlieue nord de Tunis regorgent d’initiatives qui, toutefois, trouvent du mal à s’exprimer et acquérir de la visibilité.

On se souvient de l’initiative de Moncef Dhouib qui, il y a peu, reprenait le Ciné-Vog, une salle de cinéma oubliée, pour la transformer en théâtre. Dhouib continue son chemin et parviendra à consolider son projet.

De même, le jeune Omar Lasram avait instillé un souffle nouveau au Kram en ouvrant une épicerie fine devenue le lieu de ralliement de tous les artisans tunisiens dans le domaine culinaire.

Avec La Cacciola, Lasram parvient à fédérer tous les gourmets autour de produits du terroir local et crée des animations retentissantes autour du lablabi et du couscous qu’il met à l’honneur chaque dimanche.

Dans le même esprit généreux et inventif, Nesrine Makhlouf ajoute une touche d’africanité au Kram avec son projet Nesrine Brand.

Investissant son savoir-faire de designer sur le textile wax, Nesrine a lancé son projet avec dix dinars en poche et un cœur gros comme ça. Retour de Ouagadougou, elle avait désiré partager ses coups de cœur pour la mode ouest-africaine et lancé son label.

Autre initiative née au Kram, Jolla Concept Store est un lieu de création qui s’implique dans la protection de l’environnement. Produisant des meubles en carton et des objets éco-friendly, Jolla est aussi l’oeuvre de Cherifa Maali et Wajdi Ben Salem qui y apportent tout leur enthousiasme.

Réunis, ces quatre mousquetaires de l’innovation ont choisi de se retrouver autour d’un événement qui porte le nom de Kram Fèn Days.

Ainsi, les 22 et 23 décembre, toute la journée, l’espace Nesrine Brand qui est situé dans une villa des années quarante, accueillera visiteurs, créatifs et gourmets pour sacrifier à toutes les muses de la joie et de la création.

Omar Lasram proposera ses produits du terroir et son désormais mythique lablabi. Nesrine Makhlouf et Cherifa Maali présenteront leurs nouvelles collections et de nombreux artistes leurs performances.

En cas de succès, le rendez-vous pourrait devenir cyclique et revenir tous les deux mois.
Pour l’instant, l’accueil de cette initiative est chaleureux et tout porte à croire que le coup d’essai accouchera d’une botte de maîtres.

Belle initiative qui restitue au Kram son dynamisme, son image de marque multiculturelle et sa vocation de pôle touristique.

Car nous avons tendance à l’oublier, le Kram regorge de demeures patriciennes et n’a pas grand chose à envier aux médinas de Tunis ou de Sidi Bou Said.

Nous y reviendrons pour vous raconter aussi bien les beautés subtiles du Kram que l’écho des deux jours de fête et de découvertes.

Commentaires: