Fahmi Chaâbane : « Nous souhaitons que les Européens deviennent propriétaires à l’instar...

Fahmi Chaâbane : « Nous souhaitons que les Européens deviennent propriétaires à l’instar des Maghrébins ! »

Par - Tunis-Hebdo
Petit coup de boost pour le secteur immobilier
Le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid, a fait savoir que nos voisins libyens et algériens pourront désormais acquérir des biens immobiliers en Tunisie, autres que des terres agricoles et sans l’autorisation au préalable du gouverneur. Une décision censée booster le secteur immobilier qui traverse une période de vaches maigres depuis plus d’un an.

En marge de la loi de Finances 2019, l’Etat a jugé bon de s’attaquer au gros chantier du secteur de l’immobilier. Bien que la capitale s’étend de plus en plus au détriment des espaces naturels, les Tunisiens préfèrent se tourner vers la location plutôt que vers l’achat d’appartements ou de villas, faute de moyens suffisants.

De plus, les dernières réformes économiques n’ont guère arrangé les choses puisque les promoteurs immobiliers qui ont ou qui vont obtenir des permis de construction cette année se voient assujettis à une taxe de 13%, ce qui a augmenté considérablement le prix de vente des logements. Compte tenu du faible pouvoir d’achat des Tunisiens, les scores de vente des promoteurs pour l’année 2018 demeurent au ras des pâquerettes avec seulement 24 ventes dans tout le pays au cours du premier semestre.

Cette nouvelle mesure de libéralisation du secteur va-t-elle profiter au pays et surtout aux Tunisiens ? Fahmi Chaâbane, président de la Chambre syndicale nationale des promoteurs immobiliers (CSNPI), nous donne son avis : « Cette nouvelle loi a été mûrement réfléchie depuis le 14 juin 2018.

Nous sommes très satisfaits de son entrée en vigueur et espérons qu’elle concernera non-seulement nos voisions maghrébins mais aussi nos voisins européens. Il est grand temps de faire table rase du passé et de libéraliser l’économie du pays. Vous rendez-vous compte que la loi qui empêchait des étrangers d’acheter des biens immobiliers en Tunisie date depuis le 4 juin 1957 ?! C’est totalement aberrant ! »

« Le prix des pierres et du ciment augmentent de 9 à 10% par an ! »

Rappelons toutefois que deux conditions s’imposent à l’acquisition de ces biens par les Algériens et les Libyens : le seuil minimal de la valeur du bien immobilier est fixé à 300.000 dinars et le règlement doit se faire en devises étrangères fortes (euros ou dollars).

Et les Tunisiens dans tout ça ? Vont-ils voir les prix de l’immobilier baisser ou s’apprêtent-t-ils à louer chez des étrangers dans leur propre pays ? « Nous sommes en train de nous battre pour que la taxe de 13% passe à 7%. Sauf qu’elle est censée atteindre les 19% d’ici 2020.

De plus, il est impératif que les droits d’enregistrements des biens soient bloqués à 100 dinars et non pas variant entre 1 à 3% selon des critères farfelus. J’espère que cette nouvelle va relancer le secteur immobilier et permettre à long terme la baisse des taxes pour que le Tunisien puisse acheter, mais lorsqu’on voit que les prix de la pierre et du ciment augmentent de 9 à 10% par an, on a tendance à être pessimiste », a ajouté M. Chaâbane.

Mohamed Habib LADJIMI
Tunis-Hebdo du 01/10/2018

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo