Ali Laarayedh : « Le Front populaire est passé maître de la diffamation contre Ennahdha »

Le dirigeant au sein du mouvement Ennahdha, Ali Laarayedh a démenti mardi l’existence de toute structure secrète appartenant à son parti.

Cette déclaration vient en réponse suite à une conférence de presse tenue ce mardi, durant laquelle le comité de défense chargé de l’affaire des assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi a annoncé que des membres du parti islamiste ont assisté à une session de formation pour manipuler les systèmes d’écoute.

Ridha Raouadi, l’un des avocats du comité, a également fait savoir que plusieurs documents volés du ministère de l’Intérieur, ont été retrouvés chez l’un des militants d’Ennahdha à El Mourouj, à Tunis.

Laarayedh a déclaré que le dénommé Mustapha Khedr, évoqué lors de la conférence, avait été arrêté en 2013 par les autorités sécuritaires sous les gouvernements de la Troïka et il se trouve toujours en prison.

« Le Front populaire est passé maître dans les manœuvres dilatoires, la diffamation et les accusations calomnieuses contre le Mouvement Ennahdha », a-t-il ajouté à l’agence TAP.

Rappelons que le mouvement Ennahdha a estimé que le Front populaire exploite le dossier judiciaire qui date de 2013 et qui ne prouve pas de liens entre Ennahdha et ces assassinats.

Le mouvement a également a déclaré que le Front populaire exploite le sang des martyrs « afin de couvrir ses échecs électoraux ».

Il s’agit, selon le communiqué, d’accusations gratuites potant atteinte aux institutions de l’Etat, à la justice, à la sécurité et à la présidence de la République.

Commentaires:

Commentez...