Jazz à Carthage : Isaac Delusion et la clameur des percussions

Jazz à Carthage : Isaac Delusion et la clameur des percussions

Par -

Dans un concert, il y a toujours quelques images qui marquent et celui d’Isaac Delusion, laissera, marquante, celle de cinq musiciens lancés dans une frénétique envolée de percussions.

Quelques minutes durant, le temps paraissait comme suspendu au roulement des tambours, à leur irrésistible crescendo jusqu’à l’explosion finale.

Entourant tambours et batterie, les musiciens d’Isaac Delusion avaient abandonné leurs instruments respectifs pour faire résonner les percussions. Minutes magiques, d’une puissance rare, au son formidable des tambours. Minutes idéales qui resteront certainement gravées dans la mémoire de Jazz à Carthage.

A son apogée, le concert d’Isaac Delusion – une première en Tunisie – avait enthousiasmé les présents durant une heure entière, rythmée à souhait et riche de nombreuses incursions dans l’univers du pop contemporain.

La musique coulait de source et s’apparentait à un jazz progressif mâtiné de rock. Quasiment intemporel, le « sound » produit par le groupe était plein, sans fioritures, comme ces mécaniques impeccables à la fois efficaces et subtiles.

Chauffant la salle, jouant sur la complicité qui lie les musiciens, Isaac Delusion a ouvert un véritable boulevard devant Brocken Back dont la formation n’allait pas tarder à apparaître en seconde partie d’une soirée qui a multiplié le « beat » et donné leur part aux rêves de musique.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Tunis-Hebdo

Tunis-Hebdo