Radio : Quand RTCI réinvente le reportage

Radio : Quand RTCI réinvente le reportage

Par -
Mayada Shili

Depuis l’automne dernier, Radio Tunis Chaîne Internationale (RTCI) a enrichi sa grille de programmes avec une émission de reportages produite et réalisée par Mayada Shili avec Aissa Khreichi.

Intitulée « D’un monde à l’autre : les échos d’ici et d’ailleurs », cette émission est attachante, convaincante et d’un niveau remarquable. De fait, la production du tandem Shili-Khreichi rend ses lettres de noblesse au genre « reportage » qui est malheureusement marginalisé sur la plupart des antennes.

L’effort des producteurs est d’autant plus appréciable qu’ils parviennent à offrir aux auditeurs de RTCI soixante minutes hebdomadaires à la rencontre de réalités diverses.

Cette semaine, précisément le 23 février à 15h, « D’un monde à l’autre » mènera ses auditeurs vers un gros plan sur les zones humides en Tunisie. Après avoir consacré un reportage à la sebkha du Sedjoumi et ses enjeux, ce sera au tour de Dar El Bhira de révéler ses secrets. Les animateurs de cette émission proposeront en effet de visiter ce centre des zones humides qui se trouve à Ghar El Melh.

Atout primordial, cette émission bouge et visite du pays. Les émissions récentes ont ainsi donné l’occasion aux auditeurs de retrouver des impressions de Sousse, Djerba et Kairouan en attendant d’autres plongées dans les réalités tunisiennes.

Toujours sur la brèche, « D’un monde à l’autre » a récemment célébré la Journée mondiale de la Radio autour du thème du sport et en duplex avec Radio Roumanie International. Les auditeurs de RTCI avaient alors eu de superbes retrouvailles avec Raouf Ben Ali, un ancien de la chaîne et du paysage audiovisuel tunisien.

« D’un monde à l’autre » a aussi proposé des éditions spéciales avec pour thème l’abolition de l’esclavage ou encore la musique tunisienne. Mieux encore, l’émission s’ouvre aussi à l’international avec un grand reportage consacré à la ville italienne de Matera qui sera la capitale européenne de la culture pour 2019.

Un travail superbe qui souligne la vitalité du reportage sur RTCI, une chaîne qui continue à miser avec bonheur sur des genres radiophoniques réputés difficiles mais qui demeurent les plus motivants pour l’auditeur.

Véritables documents sonores, les reportages de RTCI montent une voie ardue que peu d’autres radios se donnent la peine de suivre, préférant à la noblesse du reportage, la ponctualité du micro-trottoir et de l’interview d’actualité.

De toutes les manières, chaque genre radiophonique a son charme et ses codes. Côté reportages, RTCI se distingue grâce à un duo de journalistes qui nous ont aussi donné des reportages sur des thèmes aussi originaux que les saveurs tunisiennes ou les réalités régionales.

Bonne continuation à nos collègues !

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo