Tunisie : Vives divergences autour de la date des élections municipales

Ce samedi 16 décembre, l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) organise une rencontre de concertation sur le processus des élections municipales, durant laquelle différents acteurs politiques prendront part, en présence des représentants de la présidence de la République, du gouvernement et du parlement.

La réunion se tient sur fond de vives divergences de vues entre partis politiques et membres de la société civile autour de la date des élections.

Partis politiques

Les partis au pouvoir, à savoir Ennahdha, de Nidaa Tounes et de l’Union patriotique libre (UPL) ont appelé au report des élections pour une date qui ne dépasse pas le 20 mai 2018 (avant le mois de Ramadan).

D’un autre coté, la coordination des 10 partis (Afek Tounes, “Al-Massar”, Al-Badil, Machrou Tounes, La Tunisie d’abord, Al-Joumhouri, Al-Moubadara, Al-Moustaqbel, le parti du Travail patriotique et démocratique et parti de la Rencontre destourienne) avait émis des réserves sur la publication par l’ISIE du calendrier des municipales sans avoir consulté au préalable les partis politiques et les différentes parties concernées.

Société civile

Pour l’Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (ATIDE), le report ne sert ni l’intérêt des Tunisiens, ni l’intérêt du pays, encore moins celui du processus de transition démocratique qui ne sera parachevé qu’une fois installée la démocratie participative.

Selon sa présidente, Leila Chraibi, le report des municipales aura un impact majeur sur l’image de la Tunisie et portera préjudice à la réputation de l’Instance supérieure indépendante pour les élections.

Le coordinateur général du Réseau Mourakiboun, Rafik Halouani, pense, au contraire, que le report de la date des élections permettra à l’ISIE de mieux se préparer et de combler la vacance au sein de son équipe administrative, préconisant une meilleure entente entre les membres de l’instance.

Commentaires: