Youssef Chahed : « La Tunisie est devenue une cible… »

Youssef Chahed, chef du gouvernement tunisien

« La guerre contre la corruption n’est pas une campagne mais elle fait plutôt partie intégrante de la politique d’Etat appuyée par un ensemble de législations, dont la loi de lutte contre la corruption et de protection de ses dénonciateurs », a déclaré, hier jeudi 8 juin 2017 le chef du gouvernement, Youssef Chahed, au cours de la session extraordinaire du conseil régional du gouvernorat de Béja.

Bien qu’elle mène une guerre sur plusieurs fronts, la Tunisie ne doit aucunement omettre le volet de développement qui représente l’une des principales priorités du gouvernement, a-t-il souligné, rapporte l’agence TAP.

« Aux côtés de la situation difficile que traverse le pays, la Tunisie est devenue une cible, dans la mesure où elle représente une démocratie naissante », a-t-il ajouté.

Selon Chahed, un point de croissance signifie la création de 15 mille postes d’emploi. C’est pourquoi il semble absolument indispensable de se pencher sur l’augmentation du taux de croissance pour résoudre les problèmes de la Tunisie.

A ce propos, le chef du gouvernement a appelé les responsables régionaux à simplifier les procédures administratives qui risquent d’entraver le développement, à identifier les opportunités de développement et à réhabiliter la valeur du travail pour gagner de nouveaux points de croissance.

« L’amélioration des taux de croissance au cours du premier trimestre de l’année en cours constitue un bon démarrage et ne peut que présager le déblocage de la situation de la finance publique », a-t-il souligné.

Ces chiffres viennent démontrer la capacité à atteindre le taux de croissance envisagé par la loi de finances et estimé à 2,5%, a-t-il ajouté.

Lire aussi :

Commentaires:

Commentez...