Une rose des sables pour commencer l’année !

Une rose des sables est un minéral des plus fascinants… Contrairement à ce qu’on croit, elles ne sont pas formées par le vent.

On en trouve dans les régions arides où elles se forment sous terre à environ un mètre de la surface du sol.

Et, lorsqu’on les trouve en surface, c’est que le vent a dégagé le sable qui les recouvrait, les faisant affleurer en surface.

rose-des-sables

Le jeu du gypse et de l’eau évaporée

Magnifique paradoxe: les roses des sables quand elles sont exposées au vent finissent par s’user et redevenir poussière qui pourra donner naissance à d’autres roses dans un nouveau cycle naturel.

Ces roses des sables sont essentiellement formées de gypse c’est à dire de sulfate de calcium qui cristallise et forme des concrétions plus ou moins grandes.

Fleurs pétrifiées de cent kilos

Elles se forment grâce à l’évaporation d’eau infiltrée dans des sols sablonneux, argileux, arides. Le minéral est ici solubilisé dans l’eau et quand l’eau s’évapore, il cristallise.

La fleur pétrifiée qui se forme alors par la cristallisation des minéraux rappelle des pétales de rose.

Les roses des sables peuvent parfois atteindre une centaine de kilos et se présenter en grappes.
Pour les cueillir, il faut creuser jusqu’à un mètre et plus sous la surface du sol. On les trouve alors en gisements entiers qu’il suffit de ramasser.

Cailloux aberrants et pierres énigmatiques

Ces pierres énigmatiques sont chacune unique dans sa singularité naturelle. Sa couleur dépend du sable et du gypse dans lesquels elle s’est formée. Auburn, miel, boucanée ou mordorée, chacun de ces minéraux est comme un caillou complexe, aberrant, un gemme lapidaire aussi précieux et futile qu’un galet ou un moellon.

Inclassable, profondément originale, chaque rose des sables est aussi unique qu’une agate, une turquoise ou un lapis-lazuli.

Vie friable, silencieuse et si fragile…

Dans leur variété de formes et de tailles, dans leur identité de miracle minéral, chacune de ces roses des sables est l’œuvre patiente de la nature. Et en les admirant, j’ai toujours ressenti ce mystère de toutes les origines.

A Tozeur, Nefta, Douz et Kebili, elles nous interpellent sur des stands où elles se vendent au prix des roses d’un jour.

Et pourtant, elles viennent de si loin, des arcanes de la terre et des secrets du désert où elles constituent une forme de vie friable, silencieuse et si fragile.

Les autres roses sont périssables

Portant une étincelle d’éternité, elles proviennent d’El Faouar, Hazoua ou Rjim Maatoug et font leur chemin grâce aux mineurs des sables qui vont les chercher dans les profondeurs.

Modestes présents, elles sont à l’image des fleurs et des bonbons de Brel… Comme qui dirait, je vous ai apporté des roses des sables parce que les autres sont périssables…

HB

Commentaires:

Commentez...