La Chammaia et la Mouradia, premières médersas de la médina de Tunis

mosquée-université ZitounaNous connaissons tous les nombreuses médersas qui, dans la médina de Tunis, servaient de foyer aux étudiants de la vénérable mosquée-université Zitouna.

Médersas hafsides, mouradites et husseinites

Ces médersas à l’architecture caractéristique se trouvent ainsi à proximité de la grande mosquée, dans certains souks et aussi dans les environs des faubourgs de Bab Souika et Bab Djedid.

La plupart de ces médersas ont été fondées au dix-huitième et dix-neuvième siècle, à l’image de la Slimania ou la Bachia.

Toutefois, deux de ces médersas sont plus anciennes et constituent les toutes premières à avoir été établies dans la médina de Tunis.

Il s’agit des médersas Chammaia et Mouradia dont nous allons narrer les conditions de la fondation.

La médersa Chammaia et le souk de la cire

La médersa Chammaia est probablement la plus ancienne institution de ce type dans la médina de Tunis. Elle se trouve dans une impasse, près du souk des Balghajiya, les savetiers de la capitale.

Cette médersa a été fondée en 1249 par le Hafside Abou Zakaria. Elle a été restaurée au dix-septième siècle par le dey Ahmed Khodja qui, ayant relevé l’édifice en ruines, l’attribua aux étudiants de rite hanafite.

La médersa Chammaia a été ainsi dénommée car elle se trouvait dans le souk des fabricants de cire et de bougies (chamma en arabe). Ce souk occupait alors l’emplacement actuel du souk des Balghajiya.

Aujourd’hui, cette médersa abrite des ateliers professionnels au cœur d’un monument à l’histoire séculaire.

La médersa Mouradia édifiée sur les ruines d’une caserne de janissaires

La médersa Mouradia se trouve au souk el Leffa, dans la périphérie immédiate de la mosquée Zitouna.

C’est Mourad II qui a construit cette médersa en 1673. Sur son emplacement se trouvait à l’origine une caserne de janissaires qui avait été démolie suite à une révolte de ces miliciens.

C’est probablement pour cette raison que cette médersa est aussi surnommée medersa Attouba (le repentir), ce qui évoque une manière de conjurer cette révolte et en prévenir d’autres.

La médersa Mouradia abrite de nos jours un centre de formation professionnelle.

L’héritage des Hafsides

Toutes ces médersas obéissent en général au même plan architectural. Autour d’un patio avec des arcs sont distribuées les chambres des étudiants – de spartiates cellules – et une mosquée pour le recueillement et l’étude.

Cette institution de la médersa remonte au dixième siècle en Orient et semble inspirée des anciens monastères, du moins au niveau spatial.

Ces médersas ont été introduites à Tunis au douzième siècle par les Hafsides. Elles font partie du patrimoine incontournable de la médina de Tunis.

H.B.

Commentaires: