Notre burnous est-il amazigh, grec, arabe ou latin ?

credit photo: Detroit Publishing/Library of Congress

Allons à la recherche des origines du burnous ! En effet, il semble bien difficile d’établir avec certitude l’origine du mot « burnous » et nous essaierons d’avancer quelques remarques et constats pour mieux comprendre la provenance de ce terme qui nous est si familier.

« Burnous » est dans le dictionnaire français

Le mot « burnous » est un nom masculin, entré dans le dictionnaire français en 1851. Le premier usage remonte à 1556 avec l’orthographe « barnusse ». Il y eut ensuite des variations diverses jusqu’au « burnous » actuel qui, selon le Robert, désigne un grand manteau de laine à capuchon et sans manches que portent les Arabes.

Un mot grec à l’origine !

Essayons alors le dictionnaire arabe. Paradoxalement, ce dernier nous apprend que notre burnous a des origines étymologiques grecques. En effet, le terme proviendrait de « birros » qui en grec désigne un manteau à capuchon. Déconcertant!

Toutefois, les Grecs ont nécessairement utilisé ce mot au contact des populations qui, en Méditerranée et dans notre région, portaient ce type de manteaux. Les racines profondes du terme seraient alors d’origine numide, amazigh ou berbère, pour utiliser une terminologie plus répandue.

Origines latines

Le terme « burnous » qui aura débouché sur le grec « birros » – devenu son origine – donnera également le latin « burra » qui désigne aussi un manteau de laine.

Ce terme latin de « burra », qui trouve fort probablement son origine dans « burnous », a donné « bure » en français.

La bure désigne une grossière étoffe de laine brune et par extension le vêtement d cette étoffe. On parlera de la bure des moines ou celle des Capucins.

De la bure à la bourre…

Le mot « bure » est utilisé en français depuis le seizième siècle. Il a fait son apparition au douzième siècle sous la forme de « burel » qui provient du vieux latin populaire et constitue une légère corruption de « burra ». En arabe, « bure » se traduit par « al malf » et désigne un gros tissu.

Notons aussi que ce terme latin de « burra » est à l’origine de « bourre » et « bourrelier ». La bourre est un amas de poils, détachés avant le tannage ou encore les déchets de peignage de la laine. Et tous ces mots français sont des cousins de notre burnous!

Quelques remarques éparses

Terminons par quelques remarques qu’il est utile de mentionner:

– Dans son « Encyclopédie berbère », Gabriel Camps relève que dans la chaine algérienne du Djurdjura, il existe des monts Baranés. Ces monts seraient ainsi nommés car leurs habitants portaient des capes similaires au burnous. Sont-ce les burnous originels?

– En Espagne, on désigne par le terme « albornoz » une cape ample. De toute évidence, ce mot provient de burnous.

Les cousins de notre burnous

– En latin, on utilise aussi le terme « birrus » qui s’écrit aussi « byrrhus » ou encore « burrhus » et désigne une sorte de manteau. Ce terme est d’autant plus proche de notre burnous que le « u » latin se prononce « ou ».

– En arabe, on parle de « dhou al baranis » pour évoquer ceux qui portent un manteau à capuchon.

– Enfin, en dialecte tunisien, on utilise « Tmentech » ou « al bourra » pour désigner la bourre.

Que de proximités entre « burnous », « birros », « birrus », « bure » et « bourre ». De quoi vous donner le vertige et un profond sentiment d’interculturalité!

H.B. 

Commentaires: