Transports : Grève reportée à fin janvier et le gouvernement déterminé à sanctionner les grévistes

conseil ministeriel restreint - 15 janvier 2015
Conseil ministériel restreint, tenu le 15 janvier 2015, à Tunis. (Crédit photo : Présidence du gouvernement)

Dans un communiqué publié ce jeudi 15 janvier 2015, la commission administrative du Transport, relevant de l’Union générale tunisienne du Travail (UGTT), a appelé les agents de transport grévistes à reprendre le travail « immédiatement ».

Cependant, la commission administrative du Transport a annoncé qu’une grève sectorielle sera tenue les 26, 27 et 28 janvier 2015 afin de pousser le ministère du Transport à appliquer les accords conclus en octobre et décembre 2014.

Peu avant la publication de ce communiqué, un conseil ministériel restreint a pris certaines mesures contre les agents grévistes qui n’ont pas respecté la décision de réquisition. Leurs dossiers seront transférés au parquet et ils seront « immédiatement » interrogés, lit-on dans le communiqué publié par la présidence du gouvernement.

Des agents grévistes risquent la prison

Ils risquent, d’après l’article 390 du code du travail, entre un mois et un an de prison, ainsi qu’une amende de cent à cinq cent dinars.

Le gouvernement a annoncé, également, que les agents qui ont appelé à la poursuite de la grève illégale seront poursuivis, conformément à l’article 388 du code du travail qui énonce que :

« Lorsque la grève ou le lock-out sont illégaux, quiconque aura incité à la poursuite de la grève ou du lock-out, ou y aura participé, sera passible d’un emprisonnement de trois à huit mois et d’une amende de cent à cinq cent dinars ».

Décrétée par la Fédération Générale du Travail relevant de l’UGTT, les agents de la TRANSTU et ceux des sociétés régionales de transport avaient entamé, lundi 12 janvier une grève sans préavis dans la capitale, protestant contre le non payement de leurs primes de fin d’année.

Aucun agent n’a respecté la décision de réquisition

Ce mercredi 14 janvier, la présidence du gouvernement a publié un communiqué disant qu’elle allait procéder à la réquisition d’une partie du personnel des sociétés touchées par cette grève.

Selon M. Mohamed Chemli, directeur de la communication et des relations extérieures à la Transtu, les agents concernés par la décision de réquisition n’ont pas répondu à l’appel du ministère du Transport. Il a été décidé de réquisitionner environ 1500 chauffeurs et receveurs de la Transtu (au nombre de 4500), mais cette décision n’a pas été respectée par les agents.

Commentaires: