Détournement de femme… mariée !

Détournement de femme… mariée !

Par -

Le ministère de l’Intérieur a publié, aujourd’hui sur sa page facebook, un communiqué dans lequel il fait bilan de la campagne sécuritaire effectuée dans la nuit de mardi 17 décembre, en banlieue nord et plus particulièrement dans la zone de Carthage.
Le ratissage sécuritaire effectué par les forces de l’ordre a permis de vérifier l’identité de 1035 personnes.

Parmi elles, de nombreuses arrestations mais une qui attire particulièrement l’attention. Le communiqué nous informe, en effet de l’arrestation d’une personne pour détournement d’une femme mariée.

A lire ça comme ça, tout bêtement, on aurait le réflexe de pense qu’une femme mariée a été importunée voire harcelée. Or, le communiqué nous parle de « mohsana », le terme religieux qui désigne la femme mariée. Un terme qu’on a plutôt l’habitude de voir dans le Coran (« mohsanat ») !

Dès lors, qui a été arrêté, la femme mariée ou la personne qui a tenté de la détourner ? Insinuer des faits en utilisant des termes religieux dans un communiqué censé avoir une connotation juridique est une projection brutale vers un nouvel interdit qui s’imposera de facto aux femmes mariées.

En Arabie Saoudite, ne sont-elles pas sous la tutelle exclusive de leur époux ou de leur père ? Faire le parallèle avec le royaume wahabite serait tendancieux et exagéré mais les ressemblances sont troublantes !

Si en France, par exemple, le détournement de mineur est un délit, en Tunisie, c’est plutôt le détournement de femme mariée qui tombe désormais sous le coup de la loi !

Pour rappel, 83 autres personnes dont 42 recherchées ont également été arrêtées lors de cette soirée. Beaucoup ont un lien avec des affaires de mœurs puisque 30 personnes ont été interpellées en état d’ébriété et 5 personnes pour «atteinte à la pudeur».

Trois personnes ont été arrêtées pour détention de drogue, deux personnes pour vol avec violence alors que les autres se sont vu collé un procès-verbal pour non présentation de pièces d’identité, ou autres contraventions du code de la route.

Commentaires: