Une manifestation devant le palais de justice dégénère

Lors des événements qui ont éclaté dimanche après-midi, à Tunis, à l’occasion de la projection du film « Ni Allah ni maître » à l’Africart, sept jeunes ont été arrêtés par la police.

C’est ainsi qu’aujourd’hui des dizaines de leurs camarades se sont rassemblés devant le palais de justice de Tunis pour protester et réclamer leur libération, et ce, d’après Mosaique FM.

Si au départ, cette manifestation était calme, avec des pancartes et des hymnes disant que la Tunisie est un pays musulman avant tout, l’ambiance a dégénéré par la suite. Selon le site Babnet, l’avocat Naceur Laouini a été tabassé par certains manifestants alors qu’il était sorti devant le ministère pour discuter avec eux. La discussion s’est rapidement transformé en une partie de boxe…

D’ature part, et selon nos sources, les avocats Fakhr Gafsi, membre du barreau de Tunis, Sami Trifi, du parti Ennahdha, Samia Abou, Leila Ben Debba, Abdenaceur Laayouni ont, également, été agressés au sein du tribunal. Les agresseurs ont assailli les lieux dans le but donc de libérer les sept membres de leur mouvement, arrêtés lors de l’attaque du cinéma Africart.

Commentaires: