Un blogueur égyptien condamné à 3 ans de prison pour avoir critiqué l’armée

Le chemin vers la liberté d’expression est semé d’embûches. C’est ce qu’a appris à ses dépens le blogueur égyptien Maikel Nabil. Il vient en effet d’être condamné à trois ans de prison, rapporte l’AFP, pour avoir « osé » critiquer les forces armées. Oui, vous avez bien lu, trois ans de prison.

C’est le premier procès de ce genre en Egypte depuis la prise du pouvoir par le conseil suprême des forces armées, le 11 février. Maikel Nabil avait été arrêté le 28 mars après pour avoir critiqué le manque de transparence de l’armée égyptienne sur son blog. La cour martiale l’avait alors inculpé « d’insultes à l’institution militaire et de publication de fausses nouvelles », et de « trouble à l’ordre public ». A noter que ses commentaires sur le réseau Facebook avaient été utilisés contre lui au cours du procès.

La blogosphère égyptienne, qui se réjouissait de la liberté d’expression espérée après la chute de Hosni Moubarak, est tombée des nues après cette décision. D’autant plus que les avocats de Maikel Nabil avaient été empêchés d’assister à l’annonce du verdict. Cette condamnation pose de sérieuses interrogations sur la façon avec laquelle l’armée va gérer cette transition, supposée démocratique, que vit l’Égypte.

L’an dernier, d’après l’AFP, un blogueur avait été condamné à seulement six mois de prison pour « divulgation de secrets militaires ».

Commentaires:

Commentez...