Plutôt bêtes, les Smart phones connectés au Net

Plutôt bêtes, les Smart phones connectés au Net

Par -

Dans notre cher quotidien, avouons-le, l’univers de la téléphonie portable est souvent associé au monde de la piraterie. Logiciels, applications voire les appareils eux-mêmes proviennent, des fois, de sources que nous ignorons ou faisons semblant d’ignorer. Mais le flirt avec l’illégalité est loin d’être l’apanage des pays de l’est européen ou du nord africain. Du moins, plus avec l’apparition des Smart phones, particulièrement vulnérables à cause de leur accès au Wi-Fi. Et si les pirates locaux se limitent à la vente des dits logiciels, ceux de la rive nord vont bien plus loin en accédant aux numéros des cartes de crédit et des mots de passe des victimes.

C’est ce qu’a prouvé le journaliste britannique Rory Cellan-Jones qui a demandé à Tom Beale de Vigilante, une société qui protège les téléphones des célébrités, s’il était possible de s’immiscer dans le portable d’une de ces protégées. Et la réponse est oui… et comment…
Beale a démontré que les smart phones comme l’iPhone, qui sont généralement réputé pour leur sécurité peuvent être facilement piraté, même par les plus novices.

Pour contourner le premier niveau de sécurité, le code d’accès à l’écran, Beale a employé un logiciel de piratage des iPhone bien connu. Ainsi, il a fallu à Beale une minute pour contourner le mot de passe et entrer dans le téléphone. Des logiciels similaires existent pour les Androids et les autres smart phones.

Quand un Smart phone est à la recherche d’une connexion Wi-Fi ouverte, il envoie une requête de sondage à la recherche de réseaux. N’importe qui ayant un modem peut en créer une. Une fois que le périphérique est connecté au téléphone tous les cookies et les informations qu’elles contiennent deviennent accessibles au pirate, détenteur du Wi-Fi.

Cela signifie qu’un utilisateur peut se entrer dans le réseau WiFi de l’intrus, se connecter sur Facebook et lui donner un accès instantanément à toutes les informations que son téléphone contient. Maintenant que Facebook est relié aux numéros de téléphone des personnes et des informations de contact, le pirate n’a qu’à se servir.

Morale de l’histoire : fermez bien votre téléphone au monde extérieur. Ou, si vous le pouvez, revenez au bon vieux téléphone qui ne sert qu’à parler (eh, oui, un portable sert aussi à cela) et arrêtez enfin de frimer.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo